Guinée : « Derrière chaque société, il y a une stratégie d’influence »

·1 min de lecture
 Le secteur minier représente 13 % du produit intérieur brut de la Guinée, mais compte seulement pour 3 % de l’emploi. 
Le secteur minier représente 13 % du produit intérieur brut de la Guinée, mais compte seulement pour 3 % de l’emploi.

C'est une zone grande comme la région Provence-Alpes-Côte d?Azur, au nord-ouest de la Guinée, où toutes les grandes puissances se sont donné rendez-vous. La région de Boké, dont il paraît difficile d?indiquer le nombre d?habitants vu l?afflux continu de nouveaux arrivants depuis la ruée sur la bauxite de ces cinq dernières années, est un trésor minéral. La bauxite, donc, est utilisée pour fabriquer l?aluminium. Boké en regorge et la Chine, premier consommateur et producteur mondial d?aluminium, a fait de la Guinée un de ses fournisseurs privilégiés. Au point que le pays d?Alpha Condé s?est hissé au rang de 2e des producteurs mondiaux de bauxite en 2019 avec une production plus de 70 millions de tonnes, selon le rapport de la Banque mondiale sur les perspectives de marchés des produits de base.

Terrain de compétition pour l?accès aux ressources entre l?Est et l?Ouest durant la guerre froide, la région bauxitique de Boké est désormais courtisée par diverses puissances du monde multipolaire. Une quinzaine de sociétés minières sont en phase d?exploitation ou d?exploration. Leurs actionnaires sont américains, australiens, britanniques, canadiens, chinois, émiratis, français, indiens, russes, singapouriens? Des acteurs dont les stratégies et les pratiques sont aussi en concurrence, et auxquels s?intéresse Oumar Totiya Barry, doctorant en sciences politiques à l?université Lyon-2. L?occasion d?aborder avec lui l?histoire mouvementée et les enjeux géopolitiques de [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles