Guillermo Guiz : « Faire de l’humour au Bataclan, c’est un symbole »

Grégory Plouviez
Guillermo Guiz

L’humoriste belge de 37 ans sera sur la scène du Bataclan du 27 au 29 décembre 2018 avec son spectacle « Guillermo Guiz a bon fond ». Trash… mais doux.


Il a été footballeur, directeur artistique de boîtes de nuit, journaliste… Guillermo Guiz a eu de nombreuses casquettes avant d’enfiler celle d’humoriste, la trentaine passée. Aujourd’hui encore, des casquettes, ce Belge à la plume acérée en a plein. Il est sur scène, bien sûr, avec « Guillermo Guiz a bon fond », un bienveillant spectacle d’humour noir (si, si, c’est possible).

Il est aussi à la radio (chroniqueur chez France Inter, dans l’émission de Nagui) et même à la télévision (sa série, Le Roi de la vanne, est diffusée sur Canal +). A 37 ans, Guy Verstraeten (son vrai nom) est en plein décollage. En mars 2017, on était allé voir son show et on avait apprécié son costume de joyeux looser. Dix-huit mois plus tard, alors qu’il s’apprête à remplir le Bataclan à la fin du mois de décembre*, on y est retourné. Et c’est encore mieux.

Votre spectacle nous a paru à la fois trash et… doux. Ce sont des adjectifs dans lesquels vous vous reconnaissez ?

GUILLERMO GUIZ. Tout à fait. Ça peut être trash parce que je n’ai pas peur d’aller sur des terrains minés. Mais dans le désamorçage, il y a une vraie douceur. Je me rends compte que j’aime bien le côté doux. Fondamentalement, il n’y a personne qui soit attaqué dans le spectacle. Il y a beaucoup de bienveillance même si c’est tourné, sur la forme, avec des choses incisives. Et il n’y a pas d’ambiguïté : ce qui me gêne parfois dans l’humour noir, c’est quand tu te dis que le type, en fait, pense peut-être ce qu’il dit. Ça me crispe. Moi, je ne pense pas véhiculer ça. A aucun moment, tu te dis « il cautionne ».

Vous avez eu beaucoup d’autres vies avant de vous lancer dans le stand up. Débuter à 30 ans passés, ça apporte un recul supplémentaire ?

J’arrive avec un bagage de vie, des échecs, des casseroles, des hontes… Et aussi un recul sur le concept de réussite. Je ne mise pas ma vie. (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Gilets jaunes : les théâtres proches des Champs-Elysées de nouveau fermés
Notre top 10 des sorties du week-end à Paris et en Ile-de-France
Les brocantes du week-end en Ile-de-France
Chiner en Ile-de-France : des joujoux comme neufs soldés par milliers
Chiner à Paris : tout à moins de 30 € à la braderie de Noël des Agaçantes