Pour Guillaume Peltier, Edouard Philippe est le "fils caché de Hollande et Macron"

·2 min de lecture

Dans une interview au «Figaro», le numéro 2 des Républicains estime qu'Edouard Philippe est «tout sauf de droite» et voit en lui le «fils caché de François Hollande et d'Emmanuel Macron».

«Si j'ai du respect pour l'homme et la fonction qu'il a occupée, je n'ai aucune considération pour son bilan comme pour ses choix politiques. Edouard Philippe n’est que le vice-roi du macronisme bureaucratique». Le numéro 2 des Républicains ne mâche pas ses mots pour qualifier l’ex-Premier ministre, qui est depuis une semaine de retour sur le devant de la scène médiatique pour la promotion de son dernier livre, «Impressions et lignes claires», écrit avec son complice Gilles Boyer.

"Lui confier l'avenir de la France, c'est comme si l'Empire romain avait confié son destin à Brutus"

L’avenir de celui qui était membre des Républicains avant de rejoindre Emmanuel Macron en mai 2017, pour être trois ans durant son Premier ministre, fait l’objet de nombreuses spéculations. «Son arrivée à Matignon fut enveloppée du sceau de la trahison à sa famille politique et à ses idées» , estime Guillaume Peltier dans les colonnes du «Figaro» mardi, qui voit en lui le « fils caché de François Hollande et d'Emmanuel Macron». «Personne ne devrait se jeter dans les bras de celui qui a aggravé les maux français. Lui confier l'avenir de la France, c'est comme si l'Empire romain avait confié son destin à Brutus», tranche-t-il au sujet de celui qui est aujourd’hui populaire comme jamais dans les sondages.

Le vice-président des Républicains accuse également l’ex-chef du gouvernement de «lachêté» puisque selon lui «il démissionna (le 3 juillet 2020, Ndlr) en pleine crise sanitaire quand les Français souffraient comme rarement». Toujours selon le numéro 2 de LR, Edouard Philippe est «tout sauf de droite» et «fut le Premier ministre des sept plaies qui abîment la France: la dette, les impôts, la pauvreté, l'immigration massive, l'insécurité,(...)


Lire la suite sur Paris Match