Guillaume Musso de retour à Paris

Libération.fr

Sous les pavés, le thriller de plage

Comme quoi après des mois de déshérence intellectuelle, de non-activité salariée, de désastre claviculaire et d’intense solitude diurne, on se surprend paresseusement à trouver le dernier et donc quinzième Musso, «pas mal». Oui, pas mal, cet Appartement à Paris, dans le genre thriller de plage avec intrigue «haletante», amours zimpossibles entre deux êtres plus ou moins torturés au début mais après oups, on spoile pas, ce serait trop dommage, drames divers, question de la paternité au-devant de la scène (depuis que Guillaume Musso est père, c’est présent dans son Œuvre), avec moins de guimauverie et de tartines de bon sens, on est plus sobre dans l’écriture. De là à dire qu’on rejoint les millions de fans de Musso, l’auteur le plus vendu en France (en 2016, 633 000 exemplaires de l’Instant présent, et 545 000 pour la Fille de Brooklyn, juste derrière Harry Potter, plus de 25 millions d’exemplaires depuis le début de sa carrière avec Sidmarink, en 2001), il y a du cartilage mais bon, on n’en est pas encore à kiffer grave Marc Levy (déjà en prévente sur les grands sites culturels, ndlr quand même).

 

Est-ce que ça commence bien ?

Oui et non, parce qu’on est dans un descriptif de la France paralysée par les grèves (les GRÈVES tout le temps, mais quel pays de merde) de tout le monde, fonctionnaires, stewards etc., dégueulassée par les poubelles, impossible de circuler, bref un état des lieux digne du Fig mag, en sus de l’insécurité, d’une crue de la Seine, des fêtes de Noël et d’un pic de pollution terrible. L’apocalypse selon Musso, bon, lâcher l’opus, le finir, quoi faire d’autre, là, maintenant ? Donc on y reste, dans ce Paris de salauds de grévistes, où se trouvent sans le savoir les deux personnages qui s’en vont aller tisser l’intrigue, Madeline, ex-flic qui a beaucoup souffert et aime Paris, et Gaspard, écrivain à succès, qui souffre encore et déteste Paris.

Et après ?

Bin après, on va pas raconter, parce que si tu commences à (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

En revenant, en écrivant
«Dessine-moi une meuf à poil»
Les visites médicales d’Eduardo Berti
Rendez-vous
Nu comme Jésus Rencontre avec Erri De Luca

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages