Le guide anti-sexisme pour contrer les boomers et autres beaufs à Noël

·2 min de lecture
Terrafemina

Réflexions de boomers, sexisme ordinaire, repas qui n'en finissent pas... Comment survivre aux fêtes de Noël tout en préservant son militantisme féministe et surtout sa santé mentale ? Pas de panique, on vous file quelques tips divers et bienveillants.

Qui dit fêtes dit charge mentale affolante. De la préparation des plats à l'organisation des interminables repas, de l'achat des cadeaux dans les magasins au ménage qui précède et suit les retrouvailles familiales (avec tous ces emballages éparpillés en pagaille au sol), jusqu'à la rédaction des cartes de voeux, ce sont encore les femmes qui s'occupent de la quasi totalité de cette période. Un trope sexiste qui a bien du mal à rendre l'âme.

L'esprit de Noël ne serait donc pas grand-chose sans les femmes, mères et conjointes. Mais ce n'est pas tout. A ces discriminations s'ajoute un autre aspect tout aussi embarrassant : les conversations des repas de famille, généreuses en réflexions de beaufs tout droit sorties d'un talk-show de CNews. Et il est souvent difficile de trouver au gré de ces remarques éparses un tant soi peu de féminisme. Même la plus intrépide des exploratrices ne s'y risquerait pas.

Mais rassurez-vous, être féministe et y survivre, c'est possible. Si si. On vous file quelques astuces sympas.

Ignorer les remarques des relous

On vous l'a dit, les remarques relous sont légion durant cette période. C'est ce que rappelle l'excellent Petit guide anti-sexiste de Noël de l'association féministe Nous Toutes en détaillant les potentiels (faux) sujets de débats lancés tout sourire par vos proches. Exemples ? "En France en 2020, les femmes n'ont plus trop à se plaindre. Regardez en Afghanistan !", "Les féministes exagèrent !", "Tu n'as toujours pas de copain ? Pourquoi tu te trouves pas quelqu'un ?", "Et les enfants, c'est pour quand ?". Entre autres joyeusetés...

Comment répondre à ces sornettes ? Parmi les techniques testées et approuvées, l'une des plus apaisantes : l'ignorance. Mais cela ne veut pas simplement dire décocher des vents légendaires à son interlocuteur ou interlocutrice (quoique, ca peut marcher). Non, cela peut consister en une timide approbation ("hum" ou "ah oui, tu trouves ?"), le...

Lire la suite sur le site Terrafemina

Ce contenu peut également vous intéresser :

5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles