La "guerrière du Moyen Âge" était un guerrier intersexe

·2 min de lecture

Ce corps découvert en Finlande appartient à un homme atteint du syndrome de Klinefelter, caractérisé par un chromosome sexuel supplémentaire.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°896 daté octobre 2021.

Homme ou femme ? La controverse durait depuis la mise au jour de ce corps en 1968 à Suontaka Vesitorninmäki, dans le sud de la Finlande. Mais l’analyse ADN des restes découverts dans une tombe du Moyen Âge, datée entre 1050 et 1300 de notre ère, montre que la personne qui gisait à côté de son épée était en fait... intersexe. Autrement dit, un homme atteint du syndrome de Klinefelter, caractérisé par un chromosome sexuel supplémentaire. Là où les femmes possèdent une paire de chromosomes XX et les hommes XY, ce personnage était donc XXY pour un total de 47 chromosomes au lieu de 46. C’est ce que révèle une étude finlando-germanique publiée dans European Journal of Archeology qui précise ainsi le caractère masculin mais infertile du guerrier.

Un costume féminin typique

Lors de la découverte du corps, les archéologues avaient reconstitué la vêture de l'individu, soit un vêtement de laine bleue, maintenu par deux broches situées sous les épaules, qualifié de "costume féminin typique de l'époque". Mais, refusant l'idée qu'une femme ait pu être enterrée avec une telle arme, d'autres spécialistes avaient alors suggéré que la tombe avait abrité un double enterrement, le corps d'un homme se superposant à celui de sa compagne. L'épée aurait ensuite glissé sur le squelette féminin, tandis que les restes masculins auraient disparu. Il n'en est rien. "L'individu était vêtu de vêtements chauds en laine et de fourrures, équipé de bijoux, d'une faucille, d'une épée, et placé sur une literie de plumes comme pour assurer un repos en douceur, souligne l'archéologue Ulla Moilanen, de l'université de Turku (Finlande). Cela suggère que l'attitude de ses contemporains envers lui n'était pas négative. "

Autorisé à exprimer son identité de genre

Il est donc possible, selon les chercheurs, que l'individu de Suontaka ne soit pas un chaman travesti ou une personne qui a été forcée à porter une tenue f[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles