Guerre en Ukraine: Zelensky dit que l'armée russe laisse derrière elle "des milliers de mines non explosées"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirme que des dizaines de milliers de kilomètres carrés doivent être déminés. Une opération qui pourrait prendre des années.

"Ce n'est pas l'ennemi qui part comme ça. Ce sont les Ukrainiens qui chassent l'occupant au prix fort." Dans son allocution quotidienne ce jeudi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est félicité de la libération de nombreuses villes ukrainiennes dans la région de Kherson. Selon lui, au moins 41 localités du sud du pays ont été libérées.

"Tout ce qui se passe maintenant a été obtenu par des mois de combat brutal", a-t-il expliqué, estimant que la libération de ces villes a été atteinte "par le courage, la douleur et la perte."

"Comme à l'est de notre pays, dans la région de Kharkiv. Comme avant, au nord, dans les régions de Kiev, Sumy et Tchernigiv. Maintenant, ce sont les régions de Mykolaiv et de Kherson."

170.000 kilomètres carrés à déminer

Mais les forces ukrainiennes, qui mènent depuis plusieurs semaines une large contre-offensive, vont devoir faire face à des milliers de mines laissées par l'armée russe.

"Les occupants ont laissé derrière eux des milliers de mines et munitions non explosées", déplore Volodymyr Zelensky. "J'ai souvent entendu que déminer l'Ukraine prendrait des décennies. Nous ne pouvons pas attendre aussi longtemps."

Selon le président ukrainien, près de 170.000 kilomètres carrés de territoire doivent être déminés.

Des images satellite prises au début du mois de novembre révèlent également que des lignes de tranchées ont été creusées en Crimée. Ces nouvelles lignes de défense suggèrent que les chefs militaires russes redoutent une contre-offensive ukrainienne qui se poursuivrait dans la région de Kherson à l'est du fleuve Dniepr et au sud de Zaporijia.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Alésia : "La pire chose que la Russie a fait de notre peuple, ce n’est pas de nous tuer. Ils ont fait bien pire"