Guerre en Ukraine : Zelensky à Izioum, ville libérée par la contre-offensive

This handout picture taken and released by Ukrainian Presidential press-service on September 14, 2022 shows  Ukrainian President Volodymyr Zelensky (R) talking with servicemen during his visit to the de-occupied city of Izyum, Kharkiv region. - Zelensky on Wednesday visited the east Ukraine city of Izyum, the military said, one of the largest cities recently recaptured from Russia by Kyiv's army in a lightning counter-offensive. (Photo by Ukrainian presidential press-service / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT
STR / AFP This handout picture taken and released by Ukrainian Presidential press-service on September 14, 2022 shows Ukrainian President Volodymyr Zelensky (R) talking with servicemen during his visit to the de-occupied city of Izyum, Kharkiv region. - Zelensky on Wednesday visited the east Ukraine city of Izyum, the military said, one of the largest cities recently recaptured from Russia by Kyiv's army in a lightning counter-offensive. (Photo by Ukrainian presidential press-service / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Ukrainian Presidential press-service" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

STR / AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu à Izioum le 14 septembre 2022, ville libérée de l’armée russe.

GUERRE EN UKRAINE - Après plus de six mois de guerre, l’image est très symbolique. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu ce mercredi 14 septembre à Izioum, ville stratégique reconquise dans la région de Kharkiv, dans l’est du pays, une première visite dans les territoires repris aux Russes ce mois-ci au cours d’une contre-offensive fulgurante.

Volodymyr Zelensky a « participé » à la cérémonie de la levée du drapeau ukrainien et « remercié les militaires pour la libération de terres ukrainiennes », a indiqué sur Facebook la 25e brigade aéroportée en publiant des photos du chef de l’État sur place.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Entouré de gardes du corps armés, le président en tenue kaki de style militaire n’avait pas de casque et semblait ne pas porter de gilet pare-balles selon des photos de lui avec des militaires dans cette ville. Sur une épaule de Volodymyr Zelensky, un écusson sur lequel il était écrit « l’Ukraine ou la mort » était visible, selon ces images.

« Avant, quand on regardait le ciel, on recherchait le ciel bleu. Aujourd’hui, quand on regarde le ciel, on ne cherche qu’une chose : le drapeau de l’Ukraine. Notre drapeau bleu et jaune est vol déjà dans la ville d’Izioum. Et ce sera comme cela dans toutes les villes et tous les villages d’Ukraine. Nous avançons dans une seule direction : devant et vers la victoire », a écrit le président sur Telegram.

L’Ukraine reprend du terrain, la Russie pilonne

La chaîne américaine CNN s’est également rendue sur place, une première pour un média international. Des énormes trous pour cacher des armes, une école détruite, des tanks peints avec la lettre « Z »... Izioum est une énorme perte stratégique pour les militaires russes, qui utilisaient la ville comme camp de base et servait à réapprovisionner ses forces.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

L’Ukraine a annoncé avoir repris plusieurs milliers de kilomètres carrés dans l’Est et le Sud aux Russes qui les ont occupés suite à l’invasion lancée le 24 février. Elle aurait repris 6 000 km de terrain. L’armée russe a indiqué, elle, mercredi pilonner les forces ukrainiennes dans les zones de la région de Kharkiv que les troupes de Moscou ont cédé face à une contre-offensive fulgurante de l’Ukraine.

« Des frappes massives ont été menées dans les régions des localités de Dvoritchna, Balakliïa et Koupiansk visant les forces vives et les équipements des 14e et 93e brigades motorisées des forces armées de l’Ukraine », a indiqué le ministère russe de la Défense dans son briefing quotidien.

Des bastions clé repris par l’Ukraine

L’Ukraine après une offensive éclair a reconquis en deux semaines la quasi-totalité de la région de Kharkiv, frontalière de la Russie, notamment les villes de Balakliïa, Koupiansk et Izioum.

Ces deux dernières étaient des centres logistiques clé pour les forces russes qui se sont depuis repliées, selon Moscou, sur la province de Donetsk, l’une des deux régions séparatistes du Donbass pilotées par la Russie en territoire ukrainien. L’Ukraine mène en parallèle une contre-offensive dans le sud du pays, dans la région occupée de Kherson. Elle y revendique des avancées mais celles-ci restent moindres que dans le nord-est du pays.

L’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW) confirmait lundi, sur la base d’images de satellites, le retrait des forces russes de plusieurs localités. Ce qui « pourrait compromettre (leur) capacité à défendre les faubourgs au nord-ouest de Kherson et suggère qu’(elles) perçoivent dans cette zone une menace imminente pour leurs positions ».

Ces dernières semaines, l’armée ukrainienne y a pilonné des ponts stratégiques pour perturber le ravitaillement des forces russes. Elle a affirmé lundi avoir déjà reconquis 500 km2. En outre plusieurs attaques, certaines meurtrières, ont visé des responsables de l’occupation russe.

Mercredi, la garde nationale russe, déployée dans les régions occupées de Kherson et Zaporijjia, a indiqué aux agences russes avoir « arrêté plus de 130 personnes » travaillant avec les services spéciaux et l’armée ukrainienne.

À voir également aussi sur le Huffpost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi