Guerre en Ukraine: dans la ville libérée de Lyman, une famille vit dans une cave depuis sept mois

C'est dans un espace exigu que Dasha et sa famille ont vécu ces derniers mois à Lyman, dans l'est de l'Ukraine - BFMTV
C'est dans un espace exigu que Dasha et sa famille ont vécu ces derniers mois à Lyman, dans l'est de l'Ukraine - BFMTV

La ville de Lyman, dans l'oblast de Donetsk, a été libérée il y a un peu plus d'un mois par l'armée ukrainienne, dans le cadre de sa vaste contre-offensive. Avant le début de la guerre, 20.000 personnes vivaient dans cette ville. Beaucoup ont fui à l'arrivée de l'armée russe, mais certains sont restés pendant toute la durée de l'occupation.

Et pendant sept mois, Dasha, sa fille et sa mère ont vécu ensemble dans un petit espace exigu, en sous-sol, raconte à BFMTV cette employée de La Poste ukrainienne.

"Nous sommes descendues dans la cave pour la première fois le 26 avril, quand une frappe a touché notre immeuble et tué un enfant", explique-t-elle.

"C’est vraiment dur à supporter"

Depuis, selon ses dires, elles vivent toutes les trois dans un espace d'à peine trois mètres carrés. Dans ce sous-sol de réfugiés, une vingtaine de personnes vivent dans des conditions semblables.

Leur voisine d’infortune, Alina, veuve de 75 ans, cuisine sur l’un des deux poêles à bois qui leur sert de chauffage. Elle aussi n'a plus qu'une petite pièce minuscule, sans eau ni électricité. "Comment je peux me sentir dans ce sous sol? C’est vraiment dur à supporter… mais comment faire autrement?"

Tous ces réfugiés sont obligés de cohabiter dans la pénombre. "Je vais dans mon appartement que pour aller aux toilettes. On ne peut pas y dormir car il y fait trop froid et c’est trop humide. C’est impossible...", explique Sasha à BFMTV.

Depuis plusieurs jours, le froid à commencer à arriver, forçant ces habitants à se cotiser pour acheter ce qui doit leur permettre de se chauffer pendant un mois. Car même si l'hiver n'a pas encore commencé, il promet déjà d'être long et compliqué.

Article original publié sur BFMTV.com