Guerre en Ukraine : la Turquie accueille Lavrov et veut garder un rôle de médiateur

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, est attendu par son homologue turc, Mevlüt Cavusoglu à Ankara ce mercredi, pour des discussions sur la reprise des exportations ukrainiennes de céréales. Alliée de l’Ukraine, à laquelle elle fournit des drones de combat, la Turquie veille néanmoins à préserver son image de médiateur entre Kiev et Moscou.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Des navires de la marine turque pour déminer des ports ukrainiens, puis escorter des bateaux chargés de céréales en mer Noire. C’est l’une des options envisagées dans ces négociations qui impliquent la Turquie, la Russie, l’Ukraine et les Nations unies.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a estimé mardi que les discussions avaient « bien avancé », mais qu’elles devaient encore régler les détails pratiques de la sécurisation de ces « corridors céréaliers ». Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Çavusoglu, lui, compte sur la création d’un « centre d’observation des corridors » à Istanbul.

Besoin d'une victoire sur le front diplomatique pour Ankara

Vis-à-vis de ses alliés occidentaux, qui ont jusqu’ici fait preuve de compréhension face à son refus d’infliger des sanctions à la Russie, la position de la Turquie commence à devenir délicate en raison de l’échec de ses tentatives de médiation pour obtenir un cessez-le-feu entre les deux belligérants.

Lire la suite

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Les Ukrainiens sont condamnés à attendre que Monsieur Poutine accepte un cessez-le-feu"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles