Guerre en Ukraine: trois scénarios pour la suite (et la fin?) du conflit

Des soldats ukrainiens en route vers les lignes de front dans leurs chars alors que les frappes se poursuivent sur la ligne du Donbass, en Ukraine, le 24 janvier 2023. | Mustafa Ciftci / Anadolu Agency / AFP
Des soldats ukrainiens en route vers les lignes de front dans leurs chars alors que les frappes se poursuivent sur la ligne du Donbass, en Ukraine, le 24 janvier 2023. | Mustafa Ciftci / Anadolu Agency / AFP

Près d'un an après le déclenchement de l'opération militaire russe contre l'Ukraine, le 24 février 2022, quelles sont les évolutions possibles du conflit dans les mois qui viennent? La difficulté de la prospective est particulièrement marquée pour ce conflit car les «surprises» militaires, diplomatiques et stratégiques ont été nombreuses.

D'un côté, la combativité des forces ukrainiennes, le soutien de l'UE et des États-Unis à Kiev, les difficultés logistiques et tactiques des forces armées russes ont pris Moscou de court. D'un autre côté, la résistance de l'économie russe aux sanctions, l'ampleur des migrations ukrainiennes vers l'Europe, le blocage des instances de l'ONU ainsi que le soutien mesuré de la Chine, de l'Inde et de plusieurs pays d'Afrique à la Russie ont surpris les chancelleries occidentales.

Trois scénarios majeurs sont aujourd'hui envisageables.

Scénario 1: un revers russe caractérisé

Sur le plan militaire, les forces armées de Moscou lanceraient une nouvelle offensive sur Kiev, comme en février 2022, ainsi que sur le bassin du Don (le Donbass, dont une large partie se trouve toujours aujourd'hui sous le contrôle des Ukrainiens) et sur la province de Kherson afin d'essayer d'obtenir un succès éclatant aux yeux de la population russe.

Mais ces attaques échoueraient. La Russie perdrait de nombreux hommes et une grande partie des quatre provinces ukrainiennes illégalement rattachées à la Fédération de Russie en septembre 2022. Elle constaterait que son objectif stratégique initial (le changement de régime à Kiev) s'est soldé par un échec. L'Ukraine reprendrait des bastions russes dans le bassin du Don et ferait mouvement vers la Crimée.

Plusieurs facteurs pourraient consacrer cette défaite russe. Sur le plan intérieur, la mobilisation et l'entraînement des réservistes se heurteraient à plusieurs...

Lire la suite sur Slate.fr.