Guerre en Ukraine: les soldats qui avaient envoyé un navire russe "se faire foutre" ont été libérés

·3 min de lecture
Les soldats ukrainiens de l'Île aux Serpents prennent la pose après leur libération par la Russie. - Montage BFMTV de la vcapture d'écran d'un tweet de la Rada

L'Ukraine a annoncé jeudi le retour au pays, à l'issue d'un échange de prisonniers, de militaires devenus des gloires nationales aux premiers jours du conflit contre la Russie. Il s'agit en effet de la garnison de l'Île aux Serpents, qui avait vertement répondu aux sommations d'un navire de guerre russe, le 25 février dernier.

L’Ukraine va pouvoir célébrer un premier retour de prisonniers de guerre à l’issue d’un échange avec les Russes. Et ce ne sont pas seulement des héros mais de véritables gloires nationales qu’elle retrouve à cette occasion. En effet, les autorités locales ont annoncé jeudi que les soldats ukrainiens qui avaient répondu au navire russe les sommant de se rendre d’"aller se faire foutre", venaient d’être relâchés.

L’échange radio entre ces soldats composant la garnison de l’Île aux Serpents, dans la Mer noire, et le vaisseau russe a largement circulé dans la population ukrainienne.

"Phrase légendaire"

"En échange de dix occupants capturés, nous avons récupéré dix de nos militaires", a d'abord écrit la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk jeudi sur Facebook, affirmant qu'il s'agissait du "premier véritable échange de prisonniers de guerre" avec la Russie depuis le début de son offensive en Ukraine.

Cet échange est double en réalité. Car à ce premier chassé-croisé s’en ajoute un second. Onze marins civils russes, rescapés d'un navire ayant coulé en mer Noire au large d'Odessa, ont également été renvoyés chez eux, tandis que 19 marins ukrainiens capturés par les Russes font donc le chemin inverse. Et comme la Rada – le Parlement ukrainien – l’a précisé sur Twitter, il s’agit précisément des fameux défenseurs de l’Île aux Serpents.

"L’Ukraine a échangé onze marins russes que nous avons secourus du naufrage de leur bateau au large d’Odessa contre 19 marins ukrainiens (les auteurs de la phrase légendaire 'Hé, les Russes, allez-vous faire foutre')", a publié l’institution ukrainienne, enchaînant: "Nos marins vont revenir à la maison à bord du Sapphire, le bateau de sauvetage que les occupants russes avaient capturé en tentant d’évacuer nos troupes de l’Île aux Serpents".

"D’après les termes de l’échange, le bateau est aussi rendu à l’Ukraine et sera envoyé dans un port turc", a encore souligné la Rada.

Ces marins à la langue bien pendue sont devenus des figures de la résistance opposée par l’armée ukrainienne à l’envahisseur russe. Au point que leur effigie soit désormais destinée à se retrouver plaquée sur un timbre.

Annoncés morts

Leur notoriété remonte au 25 février dernier, au lendemain des premières opérations russes, alors qu’un navire de guerre russe menaçait déjà l’île que la petite troupe était chargée de défendre: un bout de terre d’à peine 0,17 km2 dans la Mer noire mais jouxtant la côte roumaine et relativement proche de la Crimée.

Dans un extrait sonore, tiré de l’échange radio entre les belligérants, on pouvait d’abord entendre la flotte russe lancer aux soldats ukrainiens: "Nous sommes un navire militaire russe, nous vous proposons de vous rendre immédiatement, Pour éviter un bain de sang et des pertes injustifiées. Sinon, vous serez bombardés". Ceux-ci ont alors répliqué: "Allez-vous faire foutre!"

La libération et le retour au pays de ces militaires ukrainiens au sens de la formule aiguisé a de quoi surprendre… Car on pensait qu’ils avaient payé de leur vie cette audace de l’un des leurs et que l’appareil russe les avait bien ciblés après l’échange d’insultes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait d’ailleurs confirmé leur mort - à noter qu'on évoquait alors 13 militaires et non 19 - dans la foulée de la circulation de l’extrait, leur décernant l’honneur posthume de "héros de l’Ukraine".

Les matelots ne reviennent donc pas seulement de captivité, ils reviennent surtout d’entre les morts.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Évacuation de Marioupol: Emmanuel Macron aura "d'ici 48h à 72h au maximum une discussion avec le président Poutine pour en arrêter les détails"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles