Guerre en Ukraine: quelle est la situation au 60e jour du conflit?

·3 min de lecture
Un père et son fils examinent un tank russe détruit dans le village de Dmytrivka, près de Kiev, le 24 avril 2022 - Sergei SUPINSKY - AFP
Un père et son fils examinent un tank russe détruit dans le village de Dmytrivka, près de Kiev, le 24 avril 2022 - Sergei SUPINSKY - AFP

Alors que la guerre en Ukraine entre dans son troisième mois, les combats se sont poursuivis en ce dimanche de Pâques, fête largement célébrée par la population ukrainienne en majorité de confession orthodoxe. Les forces russes concentraient encore leurs efforts sur la région du Donbass et sur le sud du pays ce dimanche.

Pas de grande célébration pour ce week-end pascal, la population ukrainienne était invitée à rester chez elle et à respecter les couvre-feu en raison de la menace de nouvelles frappes russes.

876450610001_6304975349001

• L'offensive russe se poursuit dans l'est et le sud de l'Ukraine, Kharkiv visée

Comme depuis plusieurs jours, l'armée russe a continué ce dimanche d'attaquer principalement la région du Donbass et le sud de l'Ukraine. À l'est, Kharkiv, la deuxième ville du pays, a été particulièrement visée ce dimanche par Moscou, selon l'état-major ukrainien. Frappée de bombardements, elle est toujours "partiellement bloquée" par les Russes.

Les forces russes ont de leur côté rapporté avoir mené des frappes de missiles contre neuf cibles militaires ukrainiennes, dont quatre dépôts de munitions au sud de la région de Kharkiv.

Dans le Donbass, l'offensive russe s'est "intensifiée" sur trois villes, selon Kiev: Severodonetsk, capitale de facto de la région de Lougansk sous contrôle ukrainien, Popasna, une cinquantaine de kilomètres plus au sud, et Kourakhikva, proche de Donetsk.

876450610001_6304877629001

• Des responsables américains attendus à Kiev

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le ministre américain de la Défense Llyod Austin étaient attendus ce dimanche à Kiev pour discuter des livraisons d'armes à l'Ukraine.

Le président américain les voudrait "encore plus lourdes et puissantes" face à l'armée russe, a assuré Volodymyr Zelenski lors d'une conférence de presse donnée samedi dans une station de métro du centre-ville de Kiev.

Il doit s'agir de la première visite officielle de représentants du gouvernement américain en Ukraine depuis le début du conflit.

• L'Ukraine propose à la Russie des pourparlers à Marioupol

La présidence ukrainienne a proposé ce dimanche à la Russie des pourparlers à côté du vaste complexe métallurgique Azovstal à Marioupol, situé dans le sud-est du pays.

"Nous avons invité les Russes à tenir une session spéciale de pourparlers juste à côté du site d'Azovstal", a déclaré lors d'un briefing un conseiller de Volodymyr Zelensky, Oleksiï Arestovitch, indiquant "attendre la réponse" de la délégation russe.

Des combattants et des civils ukrainiens sont toujours retranchés dans cette ville qui est actuellement placée en grande partie sous contrôle russe.

• L'ONU appelle à une trêve "immédiate" à Marioupol pour évacuer les civils

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé ce dimanche à une trêve "immédiate" à Marioupol, pour permettre l'évacuation de quelque 100.000 civils encore coincés dans ce port ukrainien presque entièrement contrôlé par l'armée russe.

"Il faut une pause dans les combats tout de suite pour sauver des vies. Plus nous attendons, plus les vies seront menacées. Ils doivent être autorisés à évacuer maintenant, aujourd'hui. Demain ce sera trop tard", a affirmé le coordinateur de l'ONU en Ukraine Amin Awad dans un communiqué.

• L'OSCE "inquiète" après l'arrestation de certains de ses membres en Ukraine

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est dite ce dimanche "extrêmement inquiète" après l'arrestation en Ukraine, dans les territoires séparatistes prorusses, de certains des membres de sa mission.

Si l'organisation avait évacué peu après le début du conflit plusieurs centaines d'observateurs issus de dizaines de pays qui surveillaient le cessez-le-feu depuis 2014, des employés ukrainiens sont restés sur place. Certains "sont détenus à Donetsk et Lougansk" a annoncé l'OSCE, assurant "utiliser tous les canaux disponibles pour faciliter leur libération" sans plus de précision.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles