Guerre en Ukraine : la situation au 11 novembre, cartes à l'appui

Kherson est de nouveau sous le contrôle de l'Ukraine, c'est ce qu'annonce l'organe de renseignement militaire ukrainien, qui a également appelé les troupes russes restées dans la ville à se rendre.

Le ministère russe de la Défense affirme que "tout le personnel des services russes a été transféré, il n'y a eu aucune perte humaine, ni abandon de matériel militaire". Le Kremlin ne parle pas d'échec mais de "redéploiement".

Mais l_'_Institut pour l'étude de la guerre affirme : l'Ukraine est désormais à l'initiative et est en train de remporter une victoire majeure dans la région et dans la ville de Kherson, la seule capitale régionale que Moscou a capturée depuis son invasion totale de l'Ukraine en février.

La Russie avait jusqu'à 40 000 soldats dans la région, dont la moitié était stationnée sur la rive ouest du fleuve Dniepr, dans la ville de Kherson et ses environs. Le seul passage routier proche de la ville de Kherson vers la rive orientale du fleuve, le pont Antonivskiy, a été détruit. Voici une photo prise par le radiodiffuseur public ukrainien Suspilne.

L'Institut pour l'étude de la guerre le dit : la grande victoire ukrainienne en cours dans la région de Kherson ne sera pas la dernière de l'Ukraine. Les combats vont se poursuivre sur l'axe sud, à Bakhmut, dans la région de Donetsk - le seul endroit où les forces russes tentent encore des offensives significatives et dans le nord de la région de Louhansk, où les forces ukrainiennes poursuivent leurs contre-offensives.

Les campagnes militaires menées par la Russie pour s'emparer de ces quatre régions, qu'elle prétendait avoir annexées, ont toutes pris fin il y a plusieurs mois et les forces russes sont fermement sur la défensive sur la majeure partie de la ligne de front.

Selon le groupe de réflexion américain, les responsables russes sont en train de former les 120 000 conscrits qui seront déployés sur les lignes de front au printemps. Les forces ukrainiennes ont probablement pour objectif de libérer autant de territoires occupés que possible avant l'arrivée de ces renforts russes.

Pour l'Institut pour l'étude de la guerre, l'hiver ne changera pas le cours de la guerre, ni arrêt des combats ni impasse.

Le temps hivernal pourrait nuire de manière disproportionnée aux forces russes mal équipées en Ukraine, mais les forces ukrainiennes bien approvisionnées ne risquent pas d'interrompre leurs contre-offensives et pourraient même profiter du terrain gelé pour se déplacer plus facilement.