Séoul nie vendre à Washington des armes destinées à l’Ukraine

Le ministère de la Défense surd-coréen, dirigé par Lee Jong-sup, a démenti les informations du « Wall Street Journal ».  - Credit:SARAH SILBIGER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Le ministère de la Défense surd-coréen, dirigé par Lee Jong-sup, a démenti les informations du « Wall Street Journal ». - Credit:SARAH SILBIGER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Les États-Unis sont sur le point de conclure un accord pour l'achat à Séoul de 100 000 obus d'artillerie de 155 mm qui seraient livrés à l'Ukraine, a rapporté jeudi le Wall Street Journal, citant des « responsables américains au fait de l'affaire ». La Corée du Sud a démenti vendredi cette information, affirmant que si la négociation en cours est finalisée, les munitions seront destinées aux forces américaines uniquement. Les autorités sud-coréennes ont ajouté que bien que la vente d'armes soit en cours, les obus n'étaient pas destinés à être livrés à l'Ukraine.

« Afin de pallier le manque de stocks de munitions de 155 mm aux États-Unis, des négociations sont en cours » entre Washington et une société sud-coréenne « pour exporter des munitions », a déclaré le ministère de la Défense sud-coréen dans un communiqué. « Cela en partant du principe que les États-Unis seront l'utilisateur final » des obus, a-t-il souligné, ajoutant que la « politique sud-coréenne consistant à ne pas fournir d'armes létales à l'Ukraine reste inchangée ».

À LIRE AUSSIGuerre en Ukraine : les drones en première ligne

Une assistance non létale aux forces ukrainiennes

Washington est le principal allié de Séoul en matière de sécurité, et quelque 27 000 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud pour aider à la défense contre la Corée du Nord. La Corée du Sud a fourni une aide non létale et une assistance à l'Ukraine, mais dans le but de préserver ses liens avec la Russie, un intermé [...] Lire la suite