Guerre en Ukraine : Sébastien Lecornu affirme que l’envoi de troupes au sol combattantes n’est pas « mis sur la table »

Emmanuel Macron a réaffirmé, jeudi, devant les chefs de parti, que la France ne devait se mettre « aucune limite » dans son soutien à l'Ukraine, déclenchant l'ire des oppositions. Ainsi, le coordinateur de La France insoumise, Manuel Bompard, a déclaré après ce huis clos à l'Élysée : « Je suis arrivé inquiet et je suis ressorti plus inquiet ». De même, le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, a déploré que le chef de l'État n'ait « aucune limite et aucune ligne rouge ». Éric Ciotti a, de son côté, dénoncé une posture « inopportune, inappropriée, voire irresponsable ».

À lire aussi Pourquoi Emmanuel Macron prépare la guerre contre la Russie

Le 26 février dernier, le président de la République avait déjà affirmé que l'envoi en Ukraine, à l'avenir, de troupes au sol ne devait pas « être exclu », au nom d'une « ambiguïté stratégique ». Une position de laquelle les alliés de Kiev s'étaient désolidarisés. Vendredi 8 mars, sur BFMTV, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, est revenu sur les propos d'Emmanuel Macron, et a indiqué qu'il n'était « pas question d'envoyer des troupes au sol combattantes » en Ukraine.

Le ministre a esquissé d'autres pistes pour venir à Kiev, en évoquant une présence militaire « pour du déminage, (ou) de la formation de soldats ukrainiens sur le sol ukrainien ». Et de poursuivre : « On n'est pas dans la même situation qu'il y a deux ans », citant les résultats de « la contre-offensive » ukrainienne, ou encore « l'aide mili...


Lire la suite sur LeJDD