Guerre en Ukraine : la Russie dit progresser dans la région de Zaporijia

La ville d'Orikhiv a déjà beaucoup souffert de la guerre.   - Credit:Dmytro Smolienko / NurPhoto / NurPhoto via AFP
La ville d'Orikhiv a déjà beaucoup souffert de la guerre. - Credit:Dmytro Smolienko / NurPhoto / NurPhoto via AFP

L’armée russe progresse en direction de deux villages de la région de Zaporijia, où les affrontements avec les troupes de Kiev se sont intensifiés.

Les affrontements s'intensifient entre l'armée russe et les troupes ukrainiennes dans la région de Zaporijia, au sud du pays, depuis le début de la semaine. Dimanche 22 janvier, un dirigeant de l'autorité régionale d'occupation installée par Moscou a ainsi affirmé progresser en direction de deux villages de Zaporijia. « Le front est mobile, en particulier dans deux directions : Orikhiv et Gouliaïpolé », a déclaré Vladimir Rogov, cité par l'agence de presse russe Ria Novosti.

Ces deux villes, chacune d'environ 15 000 habitants avant la guerre, se trouvent respectivement à 65 et 100 kilomètres au sud-est de Zaporijia, capitale de la région éponyme, contrôlée par les troupes ukrainiennes. Selon Vladimir Rogov, « l'initiative est entre nos mains » et des combats sont en cours dans ces zones.

Le ministère russe de la Défense a, lui, assuré dimanche, dans son point quotidien, que « les unités du district militaire oriental occupaient des lignes et des positions plus avantageuses, lors d'opérations offensives dans la région de Zaporijia », réitérant ses propos de la veille.

« L'intensité des hostilités » a « fortement » augmenté

Dans son bulletin matinal, l'armée ukrainienne a, de son côté, seulement indiqué que, samedi 21 janvier, « plus de 15 localités avaient été visées par de l'artillerie » russe dans la région de Zaporijia. Ce même jour, l'armée russe avait affirmé avoir mené des « opérations offensives » dans cette région, prenant au passage « des lignes et des [...] Lire la suite

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Poutine est vraisemblablement malade. On ne sait pas si cette maladie sera une variable dans ses prises de décision"