Guerre en Ukraine: le Royaume-Uni va annoncer une aide d'environ 280 millions d'euros

"Nous devons faire preuve de détermination et de créativité dans nos efforts pour soutenir l'Ukraine et mettre fin à la guerre illégale de Poutine en ce moment critique", a défendu ce mercredi 12 juin le Premier ministre britannique Rishi Sunak.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak va annoncer lors du sommet du G7 en Italie une nouvelle aide bilatérale allant "jusqu'à 242 millions de livres" (286,5 millions d'euros) pour soutenir l'Ukraine, a indiqué Downing Street ce mercredi 12 juin.

Cette aide doit permettre de "répondre aux besoins humanitaires, énergétiques et de stabilisation immédiats (de l'Ukraine), et jeter les bases d'une reprise et d'une reconstruction économiques et sociales à plus long terme", est-il indiqué dans un communiqué.

Elle vise notamment à réparer des "infrastructures énergétiques critiques", qui ont "souffert des missiles et bombardements russes au cours des derniers mois". Le Royaume-Uni "reste en première ligne de la réponse internationale, comme il l'a été dès le début", assure Rishi Sunak, cité dans un communiqué.

Selon Downing Street, Londres a octroyé 695 millions de livres d'aide bilatérale (822,5 millions d'euros) à l'Ukraine, destinée notamment au déminage ou à des projets humanitaires, depuis l'invasion de la Russie en février 2022.

Les dirigeants des pays du groupe des Sept (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) vont se réunir de jeudi à samedi dans les Pouilles, dans le sud de l'Italie.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky sera également présent pour demander une aide accrue de la part des alliés occidentaux, avant de se rendre à un sommet sur la paix en Suisse.

Lors de cette rencontre, Londres plaidera également pour faire usage des actifs russes gelés pour aider l'Ukraine, actifs qui s'élèvent à 285 milliards de dollars (263 milliards d'euros) dans les pays du G7, a indiqué Downing Street.

Les dirigeants du G7 espèrent parvenir à un accord sur le sujet lors du sommet, mais il n'y pas encore de consensus pour l'instant, avaient indiqué des sources diplomatiques en fin de semaine dernière.

Article original publié sur BFMTV.com