Guerre en Ukraine: dans la région de Mykolaïv, avec un officier de la 63e brigade

REUTERS - STRINGER

Les troupes ukrainiennes arrivent aux portes de Kherson, la plus grande ville dans le sud-est du pays sous occupation russe, depuis mars dernier. La bataille est rude, ont reconnu des officiels ukrainiens, alors que les forces armées tentent d'encercler ce verrou stratégique encore aux mains des Russes qui ont fait évacuer une partie de la population de Kherson.

Avec nos envoyés spéciaux, Anastasia Becchio et Boris Vichith

À l’entrée de la base de la 63ᵉ brigade d’infanterie motorisée, sous un ciel chargé, des militaires s’apprêtent à repartir vers le front du sud. Comme tous les autres officiers ou simples soldats, le lieutenant Oleg Zelinski n’a pas le droit de dévoiler les détails de la contre-offensive de Kherson. Le ministre de la Défense a reconnu que le terrain et la météo rendaient les opérations plus délicates. Il va falloir faire avec le mauvais temps, confirme le lieutenant.

►À lire aussi : Ukraine: dans la région de Mykolaïv, ces familles qui espèrent rentrer chez elles

« Oui, c’est plus compliqué avec la pluie et tout ça, mais c’est compliqué pour tout le monde. Les positions russes et ukrainiennes sont éloignées de 1,2 km. On a tous la même météo, mais en réalité, je pense que ça peut même être un avantage pour nous, parce que nous sommes motivés, nos hommes savent pour quoi ils se battent, alors que le mobilisé d’en face, il demandera à ses chefs : mais pourquoi je dois me geler ici, bon sang », dit-il.

Les mobilisés sont arrivés


Lire la suite sur RFI