Guerre en Ukraine: Poutine ne compte pas s'arrêter au Donbass, selon le renseignement américain

Vladimir Poutine en conseil des ministres le 10 mars 2022 - AFP
Vladimir Poutine en conseil des ministres le 10 mars 2022 - AFP

876450610001_6305898721112

Vladimir Poutine n'a pas l'intention de limiter sa volonté d'occupation à la seule région du Donbass en Ukraine, mais veut porter le conflit à la Transnistrie, région de Moldavie qui a fait sécession en 1990, a déclaré mardi la cheffe du renseignement américain, Avril Haines.

"Nous estimons que le président Poutine se prépare à un conflit prolongé en Ukraine, durant lequel il a encore l'intention d'atteindre des objectifs au-delà du Donbass", a déclaré Avril Haines lors d'une audition au Congrès.

La Transnistrie dans le viseur de Moscou

Les services de renseignement américains estiment que l'armée russe veut "étendre le pont terrestre (dans le sud de l'Ukraine) à la Transnistrie", a-t-elle ajouté.

S'il est "possible" que les forces russes réalisent cet objectif dans les mois qui viennent, "ils ne pourront atteindre la Transnistrie et inclure Odessa sans décréter une forme de mobilisation générale", a-t-elle ajouté.

Le président russe "compte probablement sur un affaiblissement de la détermination des Etats-Unis et de l'Union européenne lorsque les pénuries de biens alimentaires et la hausse des prix de l'énergie vont s'aggraver", a-t-elle prévenu.

Une possible instauration de la loi martiale

Les ambitions de Vladimir Poutine dépassent selon elle les capacités de l'armée russe et cela "signifie probablement que nous allons évoluer dans les prochains mois selon une trajectoire plus imprévisible et potentiellement une escalade", a ajouté Avril Haines.

"La tendance actuelle augmente les chances que le président Poutine se tourne vers des mesures plus drastiques, y compris l'instauration de la loi martiale, la réorientation de la production industrielle ou une potentielle escalade militaire afin de libérer les ressources nécessaires pour atteindre ses objectifs", a-t-elle poursuivi.

"Nous continuons de penser que le président Poutine n'ordonnera l'usage de l'arme nucléaire que s'il perçoit une menace existentielle pour l'Etat ou le régime russe", a-t-elle noté.

Le président russe pourrait néanmoins y recourir "s'il pense qu'il perd la guerre en Ukraine et que l'Otan est soit en train d'intervenir, soit se prépare à intervenir", a-t-elle précisé. Mais, même dans cette hypothèse, "il est probable qu'il enverrait des signaux" avant de le faire, a noté Avril Haines.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles