Guerre en Ukraine: pourquoi la perte de Kherson est une défaite majeure pour la Russie

La ville de Kherson est repassée sous autorité ukrainienne, après avoir été prise début mars par les Russes. Cette victoire symbolique et militaire pour Kiev lui permet d'enregistrer un nouveau succès.

Les scènes de liesse se multiplient sur les réseaux sociaux. Après des mois d'occupation russe, le drapeau ukrainien a de nouveau été hissé dans la ville de Kherson, dans l'est du pays, signant la reprise vendredi de la ville aux forces de Moscou.

Cette victoire est rapidement saluée par le président Volodymyr Zelensky qui a parlé d'un "jour historique". "Notre peuple. À nous. Kherson", a-t-il également écrit sur Telegram. Mais en quoi ce succès est-il si important dans le cadre du conflit opposant l'Ukraine et la Russie?

• Une "victoire symbolique" pour l'Ukraine

La reprise de Kherson signe d'abord une "victoire symbolique" pour les Ukrainiens, analyse Ulysse Gosset, éditorialiste en politique internationale pour BFMTV.

Une telle prise est de fait particulièrement importante car la ville était occupée par les Russes depuis le 2 mars, soit peu après l'entrée des forces de Moscou en Ukraine fin février.

"Il semble que les Ukrainiens viennent de remporter une victoire extraordinaire: la seule capitale régionale que la Russie avait saisie dans cette guerre est maintenant de retour sous le drapeau ukrainien, ce qui est tout à fait remarquable", a aussi salué Washington.

• La perte d'une région "annexée" pour la Russie

La défaite russe est d'autant plus marquante que les Russes fêtaient encore il y a peu leur victoire dans la région. Après la prise de la ville en mars, Vladimir Poutine avait en effet organisé fin septembre des "référendums", à la fiabilité mise en doute par de nombreux experts occidentaux, afin de fixer le sort de plusieurs régions ukrainiennes, dont Kherson.

La victoire russe proclamée à l'ensemble des scrutins, la région de Kherson était officiellement devenue un territoire russe pour Vladimir Poutine. Mais le succès aura été de courte durée, la ville repassant déjà sous autorité ukrainienne.

"C'est un échec majeur pour Vladimir Poutine", résume Sylvie Bermann, consultante diplomatie BFMTV et ex-ambassadrice de France en Russie.

• Une prise stratégique

Située sur le fleuve du Dniepr, la ville portuaire de Kherson revêt une importance militaire particulière. Proche de la région de Crimée, annexée par la Russie en 2014, elle représentait pour les Russes une nouvelle étape dans leur volonté de contrôler les environs de mer d'Azov.

"Sur le plan militaire, (cette prise) était essentiel parce qu'à partir du moment où (les Russes) étaient sur la rive droite (du Dniepr), ils pouvaient envisager d'aller vers Mikolaïv et vers Odessa. Maintenant, c'est fini", estime le général Jérôme Pellistrandi, consultant défense pour BFMTV.

En reprenant la ville, les Ukrainiens récupèrent bien en partie le contrôle du sud-est du pays et freinent les ambitions russes. Cette prise permet également à l'armée ukrainienne de repousser l'armée russe de l'autre côté de la rive du Dniepr avant l'arrivée de l'hiver, qui selon les spécialistes militaires devrait figer le front. Kiev pourra ainsi profiter des prochains mois pour fortifier la ville et frapper la rive gauche du fleuve ou encore la Crimée annexée.

• Un "impact moral" pour les deux camps

Alors que les scènes de liesse se sont multipliées sur les réseaux sociaux, la joie des Ukrainiens "rappelle la libération de Paris et des villes soviétiques" ou encore "la chute du Mur (de Berlin), estime l'éditorialiste, n'hésitant pas à faire un parallèle entre ces scènes considérées comme des moments de bascule de l'Histoire et la victoire ukrainienne survenue vendredi.

"Quelque chose de fort s'est passé", assure-t-il.

Or l'aspect psychologique n'a rien d'anodin dans le conflit, alors que Kherson représente "la deuxième grande victoire obtenue (par les Ukrainiens) depuis début septembre", rappelle Michel Goya, consultant défense pour BFMTV.

"Ça a un impact moral, (...) chaque victoire ébranle l'armée russe et le régime de Poutine. On peut estimer que 3-4 batailles comme ça et la guerre peut être gagnée pour les Ukrainiens", juge le colonel.

• Une série de victoires qui se poursuit

Ainsi, l'Ukraine poursuit sa dynamique positive après des moments plus difficiles. "L'offensive ukrainienne a commencé fin août et on avait le sentiment que c'était un peu laborieux, que ça n'avançait pas beaucoup. En l'espace de quelques jours, tout s'est accéléré", souligne le général Jérôme Pellistrandi.

Cette victoire "de fort à fort", selon l'historien militaire Cédric Mas, permet à l'Ukraine d'être "désormais sur la pente ascendante du succès", pense-t-il.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères s'est, lui, voulu, prudent. "La guerre continue", a-t-il rappelé aux Ukrainiens ce samedi.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Ukraine : Zelensky salue "un jour historique" après le retrait russe de Kherson