Guerre en Ukraine : pourquoi les Nations unies ne sont pas à la hauteur

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© VLADIMIR ASTAPKOVICH / SPUTNIK / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Cela fait deux mois qu’Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU , se cachait dans son bureau de verre en plein ciel, comme les combattants de Marioupol dans les sous-sols, en Ukraine . Comme s’il craignait une exécution sommaire. Antonio Guterres est secrétaire général, mais beaucoup plus secrétaire que général. Parfait par temps de paix. En PLS depuis que la guerre a éclaté, le représentant des Nations unies est un fantôme et avec lui, on se demande si l’ONU n’est pas morte le 24 février 2022, le jour du début de l'invasion russe de l'Ukraine .

>> Retrouvez l'édito international tous les matins à 7h17 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

C’est la question : peut-être que cette agression décidée par un des membres permanents du Conseil de sécurité, sans que celui-ci puisse le condamner ou l’exclure, sans que l’Assemblée générale votant à une écrasante majorité ne puisse le démettre, peut-être que cela signe la fin des Nations unies. Ce n’est pas sa faute, mais au premier jour, quand l’ambassadeur de Russie a refusé de regarder les images des blindés enfonçant la frontière, sur le téléphone que lui tendait l’ambassadeur d’Ukraine et que les autres membres permanents ont détourné les yeux, on a su que le Conseil de sécurité faisait partie des victimes.

Guterres face à Poutine : trop tôt ou trop tard ?

Antonio Guterres a donc engagé une tournée diplomatique. Il n’a aucun moyen d’imposer un cessez-le-feu, mais son devoir est d’essayer par tous les moye...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles