Guerre en Ukraine : Paris va livrer à Kyiv des chars de combat légers

Guerre en Ukraine : Paris va livrer à Kyiv des chars de combat légers

Le président français Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky que la France livrerait à l'Ukraine des "chars de combat légers", a-t-on appris auprès de l'Elysée.

"Le président a souhaité amplifier cette aide" militaire déjà apportée à Kiev "en acceptant de livrer des chars de combat légers AMX-10 RC", a dit la présidence française. "C'est la première fois que des chars de conception occidentale sont fournis aux forces armées ukrainiennes", a-t-elle précisé à l'issue d'un coup de téléphone d'une heure entre les deux dirigeants.

Le AMX-10 RC, engin de reconnaissance blindée

Le char AMX-10 RC est entré en service dans l'Armée de terre française en 1981. Cet engin, dépourvu de chenilles, est équipé de six roues motrices. L'équipage de ce blindé de 20 tonnes, pour 9m de long avec le canon, est composé de 4 personnes. Il est également amphibie.

Les 248 unités de l'Armée françaises sont depuis ces derniers mois progressivement remplacées par un engin bien plus moderne, le Jaguar. Les chars que la France va livrer à l'Ukraine seront donc, certainement, des AMX-10 récemment décommissionnés.

En outre, aucune information n'a été communiquée, tant par les autorités françaises qu'ukrainiennes, quant au nombre d'engins que Kyiv allait recevoir. S'il s'agit effectivement de la première livraison de chars de "conception occidentale" comme l'avance Paris, l'Ukraine a déjà reçu plus d'une centaine de chars venant de Pologne, PT-91 Twardy et T-72, des blindés reposant sur une base soviétique.

Outre les chars, Paris s'est aussi engagé à livrer des véhicules blindés de transport de troupes, selon le président ukrainien. En remerciant son homologue français sur twitter, Volodymy Zelensky a en effet mentionné des "APC" – acronyme en anglais de "Armoured Personnel Carrier" –, des véhicules blindés de transport.

Le dirigeant ukrainien a également indiqué s'être mis d'accord avec le locataire de l'Elysée pour poursuivre "la coopération pour renforcer de manière significative la défense aérienne ukrainienne et d'autres capacités de défense".