Guerre en Ukraine : Moscou accentue la pression, Washington accuse Poutine de «dépravation»

De violentes explosions ont été entendues dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, deuxième ville du pays, pilonnée depuis des semaines par l'artillerie russe. Vendredi, ces bombardements ont fait au moins un mort et plusieurs blessés, selon l'administration militaire régionale de Kharkiv. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reconnu que la situation dans cette région du nord-est, où les forces russes ont recentré leur offensive, était "difficile". "Mais nos militaires obtiennent des succès tactiques", a-t-il affirmé.

 

Les informations à retenir : 

Les forces russes assument d'avoir bombardé Kiev Washington a de son côté accusé le président Vladimir Poutine de "dépravation" et de "cruauté" Dix soldats russes ont été mis en examen pour des crimes de guerre présumés à Boutcha La Norvège ferme à son tour ses ports aux bateaux russes

C'est notamment le cas à Rouska Lozova, un village repris par les Ukrainiens au nord de Kharkiv, d'où les forces russes pilonnaient selon eux la ville. Le village a été libéré après d'intenses combats, et plus de 600 habitants évacués, selon le ministère ukrainien de la Défense. "Nous avons eu deux nuits qui ont été effrayantes, comme l'enfer... L'avant-dernière nuit, nous pensions que le ciel brûlait, que tout le village brûlait", a raconté à l'AFP Svitlana Perepilitsa, 23 ans.

Des habitants restés sans nourriture pendant deux mois

"Nous sommes restés dans les sous-sols sans nourriture pendant deux mois, nous mangions ce que...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles