Guerre en Ukraine : la mode russe, victime collatérale

Guerre en Ukraine : la mode russe, victime collatérale

Survivre dans la nouvelle réalité, cela peut sembler étrange dans l'industrie de la mode mais les créateurs russes subissent aussi les conséquences des sanctions internationales liées à la guerre en Ukraine.

Même des marques de vêtements populaires sont devenues inaccessibles pour de nombreux Russes.

En pleine semaine de la mode à Moscou, les stylistes russes témoignent de leur difficultés :

" _Nos collections sont entièrement réalisées avec des matériaux étrangers, c'est-à-dire qu'il n'y a rien de russe à part l'équipe. Tout le reste, des fusibles aux boutons, aux garnitures, aux machines à coudre, il n'y a rien que nous produisions dans notre pays" explique_Olesya Shipovskaya, styliste et fondatrice de la marque Lesyanebo.

D'autres au contraire estiment pouvoir s'en sortir et trouver des solutions :

" Je ne travaille qu'avec des tissus italiens, nous n'utilisons que de la soie et de la laine dans la confection. il est devenu beaucoup plus difficile pour moi de me rendre en Italie. Mais il existe certainement des solutions alternatives, il y a un moyen d'obtenir les tissus ici" affirme  la styliste russe Yulia Skalatskaya.

Le groupe français LVMH a temporairement fermé 124 magasins en Russie, tout en continuant à payer ses 3 500 employés. Le groupe espagnol Inditex, qui possède la chaîne Zara, a également fermé temporairement 502 magasins en Russie ainsi que ses ventes en ligne.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles