Guerre en Ukraine : la "mobilisation partielle" signe des problèmes de Moscou

L'annonce par Vladimir Poutine d'une "mobilisation partielle" reflète les nombreux problèmes auxquels la Russie est confrontée dans son invasion de l'Ukraine et que Moscou ne sera probablement pas en mesure de résoudre dans les mois à venir, selon l'Institut pour l'étude de la guerre.

Il a été annoncé que seuls les réservistes ayant accompli leur service militaire initial seront mobilisés. En mars dernier, l'Institut pour l'étude de la guerre avait estimé que la Russie comptait plus de 2 millions de réservistes, mais que "seulement 10 % d'entre eux recevaient une formation continue après avoir effectué leur service militaire de base, qui dure un an".

2 millions de réservistes en Russie

Il est difficile de savoir quelle proportion de la réserve russe a déjà été déployée pour combattre en Ukraine. Pour le ministère britannique de la défense, la nouvelle mobilisation annoncée est une "reconnaissance du fait que la Russie a épuisé son stock de volontaires prêts à combattre en Ukraine".

Vladimir Poutine a souligné que les lignes de front s'étendent désormais sur plus de 1 000 kilomètres pour expliquer pourquoi davantage de forces russes étaient nécessaires.

Les forces russes ont poursuivi les attaques terrestres à Bakhmut et Avdiivka. Tandis que la contre-offensive ukrainienne se poursuit au nord-est en direction du Donbass et du sud de l'Ukraine.

Selon l'Institut pour l'étude de la guerre, la mobilisation partielle de la Russie ne privera donc pas l'Ukraine de la possibilité de libérer une plus grande partie de son territoire occupé tout au long de cet hiver.