Guerre en Ukraine : la mobilisation des 300 000 réservistes russes est terminée

Une photographie prise le 24 octobre 2022 montre une affiche d’un soldat russe avec un slogan indiquant « Gloire aux héros de la Russie », décorant une rue de Moscou.
YURI KADOBNOV / AFP Une photographie prise le 24 octobre 2022 montre une affiche d’un soldat russe avec un slogan indiquant « Gloire aux héros de la Russie », décorant une rue de Moscou.

Un mois après l’annonce de la « mobilisation militaire partielle » souhaitée par Poutine, plus de 80 000 soldats russes sont déjà dans la zone de conflit, aptes à combattre ou encore en formation.

GUERRE EN UKRAINE - La Russie a annoncé ce vendredi 28 octobre avoir achevé en un mois la mobilisation de 300 000 réservistes, dont 41 000 sont déjà déployés en Ukraine, signe de la volonté de Vladimir Poutine d’inverser la tendance rapidement après une série de revers.

« La tâche de recruter 300 000 personnes a été accomplie », a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, à Vladimir Poutine lors d’un échange diffusé à la télévision. Selon le ministre, 218 000 réservistes sont en train d’être formés dans des bases militaires russes, 41 000 sont déployés dans des unités militaires combattant en Ukraine, et 41 000 autres sont encore en formation mais déjà dans la zone de conflit.

Pour Vladimir Poutine, qui a salué face à son ministre « le patriotisme » des soldats mobilisés depuis le 21 septembre, l’arrivée de ces hommes, qui étaient encore des civils il y a quelques semaines, doit permettre de consolider ses lignes face à l’armée ukrainienne qui a réalisé d’importants gains territoriaux dans l’Est et le Sud de l’Ukraine depuis deux mois.

Kherson se prépare pour la guerre

Les troupes de Kiev s’apprêtent d’ailleurs à livrer une féroce bataille pour reprendre la ville de Kherson et ses districts environnants (sud). Moscou a affirmé en avoir évacué tous les civils désireux de partir vers la Russie ou dans des zones sous contrôle russe.

La cité de quelque 288 000 habitants avant-guerre est occupée depuis les premiers jours de l’invasion russe. L’administration d’occupation russe a juré d’en faire une « forteresse » pour résister à l’offensive ukrainienne dans toute cette région dont le Kremlin revendique l’annexion. Mercredi, le chef de l’occupation russe à Kherson, Vladimir Saldo, avait lui affirmé qu’au moins 70 000 résidents avaient quitté leurs domiciles en moins d’une semaine.

Le commandement militaire ukrainien a lui relevé vendredi un « renforcement du groupe ennemi sur la partie de la rive droite » de la région de Kherson, tout en assurant infliger de lourdes pertes à Moscou.

Signe de l’intensité des combats près de Kherson, le dirigeant de la république russe de Tchétchénie Ramzan Kadyrov, dont les forces combattent en Ukraine, a annoncé la mort de 23 de ses soldats dans un bombardement ukrainien qui a fait aussi 58 blessés. Ramzan Kadyrov est un partisan de la ligne « dure » face à Kiev, ayant appelé à des frappes nucléaires et assurant que ses troupes y menaient une guerre sainte contre des « satanistes ».

Quatre millions de personnes dans le noir

Dans le même temps, des coupures d’électricité « sans précédent » sont prévues pour « ces prochains jours » à Kiev et sa région, en raison d’importants dégâts infligés au système énergétique en Ukraine par de récentes frappes russes, a annoncé ce vendredi l’opérateur ukrainien privé DTEK.

Une situation qui plonge déjà « près de quatre millions de personnes » dans le noir, comme l’a déclaré ce vendredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Dans beaucoup de villes et de districts de notre pays, des coupures ont été instaurées pour stabiliser » la situation, a-t-il dit dans son allocution quotidienne.

« Malheureusement, des coupures plus sévères et plus longues seront mises en place ces prochains jours », a annoncé le département régional de ce groupe sur Facebook. « Le système énergétique du pays a subi de nouveaux dégâts », a précisé DTEK, évaluant « un manque à hauteur de 30 % de la consommation pour Kiev ». En effet, depuis plus de deux semaines, la Russie multiplie les frappes sur les infrastructures énergétiques de l’Ukraine, ce qui a provoqué la destruction d’au moins un tiers de ses capacités dans ce domaine, juste avant l’hiver.

VIDÉO - Wladimir Klitschko : "La Russie de Poutine a montré son vrai visage. Le monde entier l’a vu"

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi

undefined

Climat : la guerre en Ukraine accélère la transition écologique, selon ce rapport

undefinedundefined

Anton Krasovsky suspendu de RT après avoir appelé à brûler ou noyer les enfants ukrainiens

undefined