Guerre en Ukraine : ce que l'Otan réclame de la part de la France

© JOHN THYS / AFP

L’enjeu est de montrer aux Russes que s’ils franchissent la ligne rouge en Ukraine ou dans un pays de l’Alliance, l’Otan serait capable de réagir immédiatement. La France est nation-cadre en Roumanie où elle est passée d’une logique de réassurance à une posture de dissuasion. Autrement dit, l’heure est à la démonstration de force.

Des chars Leclerc prochainement déployés en Roumanie

Le président Emmanuel Macron a reçu mardi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg à l'Élysée, avant un sommet crucial la semaine prochaine. L'Alliance attend que la France déploie d’avantage de moyens encore, à la fois en volume et en capacités. Le bataillon "fer de lance" dirigé par les militaires français en Roumanie va passer de 800 à un millier d’hommes.

>> LIRE AUSSIGuerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la visite d'Emmanuel Macron à Kiev

 

Des chars Leclerc, le fleuron des véhicules chenillés de combat de l’armée de terre, vont être prochainement déployés sur cet avant-poste de l’Otan en Europe du Sud-Est. "Ce sera sans doute une poignée d’unités", précise un spécialiste du dossier à Europe 1. "Mais, c’est le signal envoyé aux Russes qui est important", poursuit cette source.

L'Otan veut que la France déploie des batteries de missiles antinavires

Le message, c’est notamment le rôle du système français de défense sol-air de dernière génération, le Mamba, qui est déjà sur zone. Il s’agit de huit missiles supersoniques d’une portée d’une centaine de kilomètres. Deux lan...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles