Guerre en Ukraine: la livraison de chars lourds Challenger 2 peut-elle changer la donne pour Kiev?

Des soldats sur un tank
Des soldats sur un tank

Une livraison qui va faire la différence pour l'Ukraine? Le Royaume-Uni a annoncé samedi l'envoi de plusieurs tanks "Challenger 2" - 14 selon les informations de la BBC - aux forces de Kiev. Cette livraison doit permettre à Londres "d'intensifier son soutien à l'Ukraine", selon le Premier ministre britannique, Rishi Sunak.

Une première pour un pays occidental dans ce conflit et un soutien de taille pour les Ukrainiens, même si depuis le début de l'invasion russe, les alliés européens ont déjà livré près de 300 chars soviétiques modernisés à Kiev.

"Le nec plus ultra"

Faisant 3,04 mètres de haut et 8,3 mètres de long, les tanks "FV4034 Challenger 2" doivent constituer un renfort de poids pour l'Ukraine.

"C'est le nec plus ultra des chars britanniques", résume le général Jérôme Pellistrandi, consultant Défense pour BFMTV.

Conçu au départ pour affronter des blindés russes, ce char a été mis en service en 1998. Il a notamment été utilisé pendant la guerre en Irak à partir de 2003. S'il n'est donc pas récent, il s'agirait malgré tout du char "le plus moderne" dont disposerait l'Ukraine sur le front, selon la BBC.

Le tank pèse 64 tonnes en ordre de combat, ce qui ne l'empêche pas de dépasser les 50 km/h. Il peut accueillir jusqu'à quatre soldats à la fois et possède notamment un canon "très puissant, très précis, d'une très forte mobilité", selon le général.

Un tournant pour Kiev?

Il pourrait faire office de "game changer" pour les Ukrainiens, selon notre consultant Défense, c'est-à-dire que le char pourrait changer la donne pour Kiev dans leur bataille contre Moscou.

Si la BBC se montre plus réservée sur la capacité du blindé à constituer un tournant dans le conflit, le média britannique estime que cette livraison pourrait "pousser d'autres pays à donner plus d'équipement moderne pour aider l'Ukraine".

"(Cet) envoi est en quelque sorte la conséquence de la décision qui a été prise il y a à peu près trois semaines par la France d'envoyer un blindé médian, l'AMX-10 RC", et de celle prise par les États-Unis puisque "les Américains ont décidé qu'ils enverraient des véhicules de combat de l'infanterie", explique le général.

"On change réellement de gamme", estime Jérôme Pellistrandi.

"Les chars modernes au standard OTAN comme les Leopard, les Challenger ou les Abrams ont un système de visée qui permet de se caler directement sur une cible et de la détruire en un tir. C'est un énorme avantage", avait expliqué à l'AFP le capitaine ukrainien Volodymyr Tchaikovsky, déployé dans les environs de Bakhmout (est) où se jouent des combats sanglants contre les Russes.

La livraison des "Challenger 2" est attendue dans environ deux mois en Ukraine. Les dons de blindés des pays de l'Otan à l'Ukraine posent des problèmes de gestion des pièces détachées et de munitions. La diversité de ces armements rend complexe la maintenance et la logistique.

"Les chars soviétiques sont hyper rustiques, il y a moins d'électronique à bord. Au vu de la diversité des chars et blindés occidentaux promis, ça risque d'être un casse-tête logistique pour eux", a lui prévenu un officier de cavalerie français. "Les gammes sont extrêmement différentes, chacun a ses systèmes d'armes, ses roulements, ses moteurs"

Article original publié sur BFMTV.com