Guerre en Ukraine: Kiev entre soulagement et prudence après l’accord sur les céréales

Réunis dans la capitale turque, les émissaires ukrainiens et russes, ainsi que les représentants de l’ONU, ont élaboré un système qui permettra de faire sortir d’Ukraine 20 millions de tonnes de céréales, et ainsi de prévenir des famines ou des troubles dans plusieurs régions du monde. À Kiev, cet accord est perçu comme une victoire diplomatique, mais également stratégique.

Avec notre correspondant en Ukraine, Stéphane Siohan

À Kiev, le ton est donné tous les jours avec les fameuses allocutions vidéo quotidiennes du président Volodymyr Zelensky, et vendredi soir 22 juillet, le chef de l’État ukrainien a salué un accord qui permettra d’éviter « une catastrophe, une famine qui pourrait provoquer le chaos dans un grand nombre de pays ».

Dix milliards d’euros pour l’Ukraine

Volodymyr Zelensky a également indiqué que le déblocage de trois ports majeurs ukrainiens, notamment Odessa, permettrait de mettre sur le marché toute la récolte 2022 de céréales, et que cela générera des bénéfices à hauteur de 10 milliards d’euros, qui abonderont au budget de l’État, et qui permettront de sauver des emplois dans le secteur agricole.

On évoque désormais une contre-attaque ukrainienne dans le sud, dans la région de Kherson, proche de la Crimée. Si celle-ci intervenait, elle pourrait de nouveau mettre le feu aux poudres sur les eaux de la mer Noire.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles