Guerre en Ukraine : Kiev dément la mort de 600 soldats ukrainiens dans une attaque russe

Moscou a affirmé dimanche qu'une « frappe massive » de missiles avait tué plus de 600 soldats ukrainiens dans la ville de Kramatorsk, dans l'est du pays envahi. Le ministère russe de la Défense a précisé que cette attaque avait ciblé deux bâtiments qui abritaient temporairement des forces armées ennemies, plus précisément 1300 militaires. La Russie a qualifié ces bombardements de « représailles », indiquant avoir voulu venger la mort de 89 de ses hommes, tués par une attaque au lance-roquettes à Makiivka, le jour de l'an. Mais, auprès de la BBC , Serhiy Cherevaty, un porte-parole de l'armée ukrainienne, a démenti la perte de 600 combattants de son camp.

Il a déclaré à la télévision britannique que les frappes russes menées sur Kramatorsk n'avaient endommagé que des infrastructures civiles et que « les forces armées de l'Ukraine n'avaient pas été touchées ». « Cela ne correspond pas à la vérité. Il s'agit d'un autre exemple de propagande russe », a déploré Serhiy Cherevaty.

Lire aussi - Ukraine : l'UE et le Quai d'Orsay dénoncent un cessez-le-feu illusoire après la poursuite des hostilités

Pas de victimes selon Kiev

Plus tôt dans la journée, Pavlo Kirilenko, le chef de l'administration ukrainienne de la région de Donetsk, avait affirmé que les frappes russes sur la ville de Kramatorsk avaient atteint « un établissement d'enseignement, un bâtiment industriel et des garages », sans faire de victimes. Il n'était pas possible, dans les conditions du conflit, de vérifier immédiate...


Lire la suite sur LeJDD