Guerre en Ukraine: la journaliste russe à la pancarte anti-guerre écope d’une amende

Lundi 14 mars, Marina Ovsiannikova, russo-ukrainienne, a brandi une pancarte dénonçant la guerre en Ukraine et la propagande du Kremlin sur le plateau du journal télévisé le plus regardé de Russie. Elle a été arrêtée et encourt jusqu'à 15 ans de prison.
NurPhoto via Getty Images Lundi 14 mars, Marina Ovsiannikova, russo-ukrainienne, a brandi une pancarte dénonçant la guerre en Ukraine et la propagande du Kremlin sur le plateau du journal télévisé le plus regardé de Russie. Elle a été arrêtée et encourt jusqu'à 15 ans de prison.

NurPhoto via Getty Images

Marina Ovsiannikova, russo-ukrainienne, s’était rendue célèbre en brandissant une pancarte anti-guerre durant un JT d’une chaîne de télévision d’État russe, en mars dernier.

GUERRE EN UKRAINE - La journaliste Marina Ovsiannikova, célèbre pour avoir interrompu le journal d’une chaîne d’État russe avec une affiche contre l’offensive en Ukraine, a été condamnée ce jeudi 28 juillet à une amende pour avoir à nouveau dénoncé le conflit.

Un tribunal de Moscou lui a infligé une amende de 50.000 roubles (soit près de 800 euros) pour « discréditation » des forces armées russes, a constaté un journaliste de l’AFP sur place, une infraction introduite début mars pour étouffer les critiques.

Il lui a été reproché d’avoir dit que l’opération en Ukraine était un « crime » en s’adressant à des journalistes, le 13 juillet, à l’occasion d’une audience concernant un opposant emprisonné, Ilia Iachine. Quatre jours plus tard, la journaliste de 44 ans avait été brièvement interpellée dans la région de Moscou.

Une figure d’opposition qui ne fait pas l’unanimité

Marina Ovsiannikova est devenue célèbre mi-mars après avoir surgi, en plein journal, sur le plateau d’une chaîne de télévision pro-Kremlin pour laquelle elle travaillait. Lors de son intervention, elle portait une pancarte dénonçant l’offensive en Ukraine et la « propagande » des médias contrôlés par le pouvoir avec le message suivant: «Non à la guerre. Ne croyez pas à la propagande. On vous ment, ici ». Brièvement détenue dans la foulée, elle avait été relâchée avec une amende à payer.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Les images de son geste ont fait le tour du monde. De nombreuses personnes ont salué son courage, dans un contexte de répression de toute voix critique en Russie.

Elle ne fait toutefois pas l’unanimité au sein de l’opposition russe, certains lui reprochant toujours ses années passées à travailler pour la chaîne Pervy Kanal, porte-voix du Kremlin. Après avoir travaillé plusieurs mois à l’étranger, notamment pour le journal allemand Die Welt, elle avait annoncé début juillet être rentrée en Russie pour régler un contentieux lié à la garde de ses deux enfants.

À voir également sur Le HuffPost: En Ukraine, l’organisation de l’Eurovision au Royaume-Uni déçoit

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles