Guerre en Ukraine : comment la France tente de débloquer le port d’Odessa

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron à Kiev, le 16 juin 2022.
Emmanuel Macron à Kiev, le 16 juin 2022.

Invité sur TF1 jeudi 16 juin, Emmanuel Macron a indiqué que la France aidait la Roumanie pour y faire transiter les grandes quantités de céréales bloquées en Ukraine en l'absence d'un « cadre » permettant de les faire sortir par la mer Noire à cause du blocus russe. « Nous continuerons l'épreuve de force diplomatique à l'égard de la Russie, avec le secrétaire général des Nations unies », pour utiliser le port d'Odessa comme porte de sortie maritime pour les graines bloquées (maïs, blé…), a expliqué le chef de l'État, interrogé à Kiev.

Mais parce que la Russie « refuse », « nous sommes en train de travailler à une autre voie, qui est de passer par la Roumanie », Odessa n'étant qu'à quelques dizaines de kilomètres de la frontière ukraino-roumaine. « Cela permettrait d'accéder en particulier au Danube et aux chemins de fer », afin d'acheminer ces céréales vers les marchés internationaux, selon Emmanuel Macron.

À LIRE AUSSI Macron à Kiev : les trois leçons d'un voyage épineux

La Roumanie, où Emmanuel Macron a effectué une visite mardi et mercredi avant de se rendre à Kiev, est en train de faire les investissements pour constituer « une espèce de point de liaison », à partir duquel « nous pourrons beaucoup plus fortement rapidement et massivement qu'on ne le fait aujourd'hui exporter ces céréales ». La France va l'y aider « avec nos experts, nos militaires, nos entreprises », a ajouté Emmanuel Macron.

Une visite à Kiev pour « protéger notre pays »

Sans parvenir à un [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles