Guerre en Ukraine: face aux sanctions américaines, des responsables russes exigent la rétrocession de l'Alaska

Viatcheslav Volodine, chef de la Douma, en mai 2021  - Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Viatcheslav Volodine, chef de la Douma, en mai 2021 - Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Après le Donbass, l'Alaska? Alors que l'armée russe continue de progresser dans l'Est du territoire ukrainien, 19 semaines après le début de leur invasion le 24 février passé, Moscou reste au centre de toutes les sanctions internationales, qui mettent l'économie du pays dans une situation difficile. Des sanctions occidentales qui déplaisent fortement aux élus locaux, qui tentent de réagir par tous les moyens.

Ce mercredi, c'est Viatcheslav Volodine, président de la Douma, la chambre basse de l'Assemblée fédérale russe, qui s'est laissé aller à un avertissement sans frais mais plutôt clair lors d'une réunion avec des responsables locaux, rapporte Newsweek.

"Lorsqu'ils tentent de s'approprier nos actifs à l'étranger, ils doivent être conscients que nous avons aussi quelque chose à réclamer", a lancé ce proche de Vladimir Poutine, faisant directement référence à l'Alaska, État américain auparavant propriété russe avant d'être cédé à Washington en mars 1867 pour un prix de 7,2 millions de dollars.

L'Antarctique et la Californie?

Cette nouvelle sortie souligne encore plus les tensions criantes, mais aussi le fossé qui se creuse de plus en plus entre la Russie et les États-Unis alors que le chef de la diplomatie russe en personne, Sergueï Lavrov, a estimé qu'un "rideau de fer" était en train de s'abattre entre son pays et l'Occident. Un vocabulaire volontairement emprunté à la Guerre froide qui, conjugué à plusieurs menaces d'utilsation d'armes nucléaire ces dernières semaines de la part de Moscou, laisse craindre une volonté de confrontation.

D'autant que ce n'est pas la première fois que l'Alaska est au centre de tous les regards. Au niveau du détroit de Béring, ce territoire n'est déparé que d'un peu moins de cinq kilomètres de la Russie, au niveau des îles de Big et Little Diomede. En ce qui concerne la partie continentale de l'État, elle est séparée d'un peu moins de 90 kilomètres avec son voisin.

Plus tôt dans l'année, c'est Oleg Matveychev, membre de la Douma, qui à la télévision russe avait exigé de la part des États-Unis "la restitution de toutes les propriétés russes, celles de l'empire russe, de l'Union soviétique et de la Russie actuelle." En plus de l'Alaska, il faisait également référence à une partie de la Californie, qui elle-même fut brièvement russe au cours du XVIIIe siècle, mais également à l'Antarctique. "Nous l'avons découvert, donc il nous appartient", avait-il dit.

A cela, le gouverneur de l'Alaska Mike Dunleavy avait répondu sur Twitter de manière cinglante. "Bonne chance avec ça! Pas si nous avons quelque chose à dire à ce sujet. Nous avons des centaines de milliers d'Alaskans armés et de militaires qui verront les choses différemment", avait-il écrit.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles