Guerre en Ukraine: la difficile position turque sur les exportations de céréales

L'ambassadeur d'Ukraine à Ankara a accusé vendredi 3 juin la Russie de « voler » des céréales ukrainiennes et de les exporter depuis la Crimée vers l’étranger, notamment vers la Turquie. Selon l’ambassadeur, Kiev a « demandé l'aide de la Turquie pour résoudre le problème ». Alliée de l’Ukraine, à laquelle elle fournit des drones de combat, la Turquie veille néanmoins à garder une position neutre envers la Russie, dont elle dépend pour ses approvisionnements en énergie et en blé. Soucieuse de préserver son image de médiateur, Ankara espère contribuer à une solution négociée pour la reprise des exportations de céréales depuis les ports ukrainiens.

De notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Vis-à-vis des alliés occidentaux qui ont fait preuve de compréhension face à son refus d’infliger des sanctions à la Russie, la position de la Turquie commence à devenir délicate. Certes, les tentatives de médiation continuent en coulisses, et Ankara demeure l’intermédiaire privilégié entre Kiev et Moscou . Le président Recep Tayyip Erdogan s’est encore entretenu par téléphone en début de semaine avec Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky. Toutefois, depuis une réunion à Istanbul fin mars, la Turquie n’est plus parvenue à mettre Russes et Ukrainiens autour d’une même table.

La Turquie a besoin d'une avancée

Le président Erdogan a donc besoin d’une avancée sur le front diplomatique, d’autant que son blocage de l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan lui vaut de plus en plus de critiques au sein de l’Alliance, certains l’accusant même de faire le jeu de la Russie.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles