Guerre en Ukraine : deux Britanniques tués lors d'une "évacuation humanitaire" de Soledar

Un cratère formé à Soledar le 24 mai 2022 - ARIS MESSINIS / AFP

Le corps de l'un d'entre eux avait été retrouvé le 11 janvier dernier par le groupe paramilitaire Wagner, qui a revendiqué avoir pris la ville à l'armée ukrainienne.

Deux Britanniques partis comme volontaires en Ukraine ont été tués alors qu'ils tentaient une "évacuation sanitaire" de la ville de Soledar, théâtre d'intense affrontements entre forces russes et ukrainiennes, a annoncé la famille de l'un d'eux mardi.

"C'est avec une grande tristesse que nous annonçons que notre bien-aimé Chrissy a été tué au côté de son collègue Andrew Bagshaw alors qu'ils tentaient une évacuation humanitaire de Soledar, à l'est de l'Ukraine", a indiqué la famille de Christopher Parry dans une déclaration transmise par le ministère britannique des Affaires étrangères.

"Il n'avait pas pu s'empêcher de se rendre en Ukraine en mars au moment le plus sombre au début de l'invasion russe pour aider ceux qui en avaient le plus besoin, sauvant plus de 400 vies et de nombreux animaux abandonnés" a-t-elle ajouté.

Un corps retrouvé par la milice Wagner

Christopher Parry, 28 ans, et Andrew Bagshaw, 48 ans et résidant avant la guerre en Nouvelle-Zélande selon des médias de ce pays, étaient portés disparus depuis plusieurs semaines, et le chef du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, avait indiqué le 11 janvier que ses combattants avaient trouvé à Soledar le corps de l'un d'entre eux.

Soledar, ville de 10.000 habitants avant la guerre, a été largement détruite dans des bombardements début janvier et un premier convoi humanitaire y est arrivé vendredi dernier pour venir en aide à la population.

L'armée russe et les mercenaires du groupe Wagner ont annoncé il y a près de deux semaines avoir conquis cette localité située près de Bakhmout, dont les Russes essaient de s'emparer depuis des mois.

Mais les Ukrainiens n'ont pas reconnu officiellement sa perte, affirmant continuer à se battre dans sa partie occidentale.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Marina (réfugiée ukrainienne en France) : "Se réveiller avec le bruit des bombes, c’est le pire des sentiments. J’ai tout laissé derrière moi et je n’y retournerai jamais"