Guerre en Ukraine : des dégâts à Zaporijjia après les frappes sur la centrale nucléaire

(FILES) This file photo taken on September 11, 2022 shows a general view of the Zaporizhzhia Nuclear Power Plant in Enerhodar (Energodar), Zaporizhzhia Oblast, amid the ongoing Russian military action in Ukraine. - UN atomic watchdog chief Rafael Grossi said on November 20, 2022 that
STRINGER / AFP (FILES) This file photo taken on September 11, 2022 shows a general view of the Zaporizhzhia Nuclear Power Plant in Enerhodar (Energodar), Zaporizhzhia Oblast, amid the ongoing Russian military action in Ukraine. - UN atomic watchdog chief Rafael Grossi said on November 20, 2022 that "powerful explosions" occurred at Ukraine's Russian-controlled Zaporizhzhia nuclear plant yesterday evening and this morning, in what appeared to be "renewed shelling" at Europe's biggest nuclear plant. (Photo by STRINGER / AFP)

GUERRE EN UKRAINE - Deux jours après les lourdes frappes sur la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, l’AIEA rassure. L’Agence internationale de l’énergie atomique a affirmé dans un communiqué ce lundi 21 novembre que « malgré la sévérité des bombardements, les équipements clés sont restés intacts ».

La veille, le chef de l’AIEA Rafael Grossi avait pourtant fait part de ses inquiétudes et jugé la situation « gravissime », après « une bonne douzaine de tirs » ce week-end, sans que l’on sache qui des forces russes ou ukrainiennes étaient responsables. « Qui que ce soit, arrêtez cette folie ! », exhortait sur BFMTV le directeur général de l’agence.

Ces bombardements, « les plus sérieux incidents de ces derniers mois », ont malgré tout fait des dégâts, assure le communiqué. Si les « statuts » des réacteurs et leur « intégrité » restent « stables », des réservoirs de stockage de condensat ont été endommagés par plusieurs impacts. Des fuites « non radioactives » ont été observées par les experts envoyés sur place.

Macron et Zelensky appellent à protéger la centrale

La route principale le long des réacteurs a également été touchée, tout comme un « pipeline d’air comprimé ». Par ailleurs, « deux impacts sur le toit d’un bâtiment annexe spécial » ont été recensés. « Les opérations de maintenance ont commencé et le personnel est aussi en train de nettoyer le site », précise encore le communiqué.

Après ces attaques, Emmanuel Macron et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky ont évoqué « l’absolue nécessité de préserver la sécurité et la sûreté » de la centrale nucléaire lors d’un appel téléphonique, rapporte l’AFP ce lundi.

Les deux chefs d’État « ont rappelé que c’était l’occupation illégale de la centrale par la Russie qui était à l’origine de la situation actuelle » et « sont convenus de l’importance de poursuivre les efforts avec l’AIEA pour parvenir à un accord qui assure l’absence de forces militaires, régulières ou mercenaires, et d’armes légères ou lourdes dans la zone de protection », a précisé l’Élysée à l’AFP.

De son côté, la Russie accuse l’Ukraine d’être à l’origine des frappes. « Le régime de Kiev ne cesse pas les provocations afin de créer la menace d’une catastrophe à la centrale nucléaire de Zaporijjia », a déclaré dimanche le ministère russe de la Défense. Zaporijjia, plus grande centrale d’Europe, est occupée par Moscou depuis le début de la guerre.

À voir également sur Le Huffpost :

Lire aussi