Guerre en Ukraine: couvre-feu et chasse aux «collaborateurs» à Mykolaïv

Mykolaïv dans le sud de l’Ukraine, continue d’être pilonnée par les Russes, une nouvelle attaque vendredi 5 août a fait 10 blessés en zone habitée. La ville a connu de violents bombardements la semaine dernière, probablement « les plus forts » depuis le début de l'invasion russe le 24 février, selon le maire de la ville Oleksandre Senkevytch. Le gouverneur de la région Vitaly Kim a placé la capitale régionale sous couvre-feu vendredi soir, jusqu'à lundi matin 8 août, pour neutraliser les « collaborateurs » des Russes. La justice enquête sur différents cas ayant entraîné des destructions mais aussi des morts civils.

Pratiqué depuis le début de l’invasion, le couvre-feu permet de chasser les groupes infiltrés ou les collaborateurs et à éviter que des habitants se trouvent sous les tirs. Et Mykolaïv est sous un feu constant, explique Tatiana Kozac, journaliste pour le média en ligne Graty, spécialisé sur les sujets de justice.

« Ces sont surtout des frappes indiscriminées, d’après ce que je comprends, mais ils essaient bien sûr de cibler des positions militaires. C’est pour ça que le renseignement et la police traquent les citoyens qui aident les Russes, c’est un sujet pour la sécurité. »

Le ministère de l’Intérieur annonçait il y a quelques jours qu’environ mille personnes étaient devant la justice pour collaboration. « Il y a un cas, à Lutsk - l’aéroport a été frappé au premier jour de l’invasion - et un homme a avoué avoir donné la position de l’aéroport militaire à un agent du FSB, le renseignement russe. Il y a un certain nombre de procès en cours, par exemple le cas d'une directrice d'école de Kiev, accusée de donner des informations, elle a fait ça en mars », raconte Tatiana Kozac.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles