Guerre en Ukraine: le chef de l'ONU estime que les chances de paix sont "minimales"

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une conférence de presse en marge de la réunion interministérielle sur l'aide à l'Afghanistan, à Genève le 13 septembre 2021 - Fabrice COFFRINI © 2019 AFP
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une conférence de presse en marge de la réunion interministérielle sur l'aide à l'Afghanistan, à Genève le 13 septembre 2021 - Fabrice COFFRINI © 2019 AFP

Les chances de paix en Ukraine sont "minimales à ce stade", a déclaré mercredi le secrétaire général de l'ONU après une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, avec qui il a également discuté des exportations russes de nourriture et d'engrais.

"J'ai le sentiment que nous sommes très loin de la paix. Je mentirais si je disais que cela pourrait arriver bientôt", a déclaré Antonio Guterres lors d'une conférence de presse.

"Je n'ai aucune illusion, à ce stade les chances d'un accord de paix sont minimales", a-t-il insisté, notant que même un cessez-le-feu "n'est pas en vue". "Je poursuis mes contacts avec les deux parties et j'espère qu'un jour il sera possible d'aller vers une discussion de plus haut niveau".

Vers un nouvel accord sur les exportations de céréales?

En attendant, le secrétaire général poursuit notamment les discussions concernant les exportations de produits alimentaires et d'engrais russes.

Il a ainsi discuté avec Vladimir Poutine de la possible "extension et expansion" de l'accord du 22 juillet sur les exportations de céréales d'Ukraine qui est prévu pour durer 120 jours.

Deux accords ont été signés le 22 juillet sous l'égide de l'ONU pour permettre d'un côté les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre et de l'autre les exportations de nourriture et d'engrais russes.

Si le premier accord a permis de faire sortir près de 3 millions de tonnes de céréales d'Ukraine, la Russie affirme que ses propres exportations de denrées alimentaires et d'engrais continuent de pâtir des sanctions occidentales visant Moscou pour son intervention militaire en Ukraine.

"Il y a des exportations de nourriture et d'engrais russes, mais à un niveau bien plus bas que désiré et nécessaire", a reconnu Antonio Guterres mercredi, notant qu'il avait discuté avec Vladimir Poutine des "obstacles qui existent encore" pour ces exportations.

La situation des engrais est "dramatique"

"Il y a des discussions sur la possibilité pour la Russie d'exporter de l'ammoniac via la mer noire", a-t-il indiqué. L'ammoniac, qui sert à produire des engrais azotés, est produit lui-même en combinant l'azote de l'air et l'hydrogène provenant de gaz naturel. Plusieurs fabricants européens d'engrais ont cessé sa production en raison de l'envolée du prix du gaz.

"La situation des engrais dans le monde est dramatique", a insisté Antonio Guterres, répétant sa crainte d'un manque de nourriture dans le monde en 2023.

Il a également indiqué avoir discuté avec Vladimir Poutine de la question des prisonniers de guerre et de la centrale nucléaire de Zaporijjia.

Article original publié sur BFMTV.com