Guerre en Ukraine: BFMTV au plus près de la centrale de Tchernobyl, après l'occupation russe

Les reporters de BFMTV ont eu accès à la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, après cinq semaines d'occupation russe. - BFMTV
Les reporters de BFMTV ont eu accès à la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, après cinq semaines d'occupation russe. - BFMTV

876450610001_6305689725112

C'était l'une des plus grandes préoccupations des Européens au début de l'invasion russe en Ukraine: Tchernobyl risquait-elle de subir une nouvelle catastrophe nucléaire en tombant aux mains des forces russes? Alors que les soldats de Moscou ont quitté les lieux après avoir occupé le site pendant cinq semaines, une équipe de BFMTV a pu se rendre sur place.

Le 24 février dernier, les chars russes prennent d'assaut le site nucléaire. Un symbole fort alors que l'invasion de l'Ukraine vient tout juste de commencer. Ils s'emparent du réacteur numéro 4, celui dont l'explosion, en 1986, avait provoqué une très forte augmentation de la radioactivité dans la région et l'évacuation de la population.

Le coeur du réacteur est aujourd'hui recouvert d'un dôme d'une centaine de mètres, l'air n'est plus contaminé mais aucune habitation n'est autorisée dans un périmètre de 30 kilomètres.

876450610001_6299492686001

Des tranchées creusées par les Russes

Les soldats russes occupent durant cinq semaines le bâtiment principal de la centrale, mais aussi la forêt tout autour, la partie la plus contaminée du site nucléaire. Dans cette zone, où les sols sont toujours chargés en radioactivité, le sable a été complètement retourné au mépris des risques de radiation.

Les tranchées sont encore bien visibles. Au sol, on trouve des restes de rations de nourriture, des vêtements de soldats, les dernières traces de la présence russe. Les troupes russes se sont sont finalement retirées de Tchernobyl le 31 mars.

Des variations de radiactivité enregistrées

D'après les employés de la centrale, contraints de rester sur place et de continuer leurs activités, les soldats russes n'auraient jamais eu connaissance de l'existence de la catastrophe nucléaire, il y a 36 ans, et ignoraient donc le niveau de radioactivité du site.

Les autorités ukrainiennes affirment que la présence ennemie a perturbé le fonctionnement de la centrale. Des bureaux et des laboratoires ont été endommagés. Mais surtout, des variations de radioactivité ont été enregistrées pendant l'occupation du site, avant que les niveaux ne soient jugés "normaux" par des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique qui se sont rendus sur place en avril.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé Moscou d'avoir mis le monde "au bord de la catastrophe" avec cette occupation.

876450610001_6305155570001

Le site de Tchernobyl reste sous haute surveillance, car la menace plane toujours sur les quatre sites nucléaires ukrainiens, dont celui de Zaporijia, qui est actuellement aux mains des Russes.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles