Guerre en Ukraine: BFMTV à Balaklyia, l'une des villes reprises aux Russes par l'armée ukrainienne

Statue affublée du drapeau ukrainien dans la ville de Balakliya (Ukraine), le 13 septembre 2022 - BFMTV
Statue affublée du drapeau ukrainien dans la ville de Balakliya (Ukraine), le 13 septembre 2022 - BFMTV

BFMTV s'est rendu cette semaine à Balakliya, dans la région de Kharkiv, récemment occupée par l'armée russe, où le drapeau ukrainien flotte à nouveau depuis la semaine dernière.

"Depuis le début du mois de septembre, nos soldats ont déjà libéré 6000 km² de territoire ukrainien", assurait lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "La libération des localités occupées par les envahisseurs russes se poursuit dans les régions de Kharkiv et de Donetsk", a également indiqué l'armée ukrainienne mardi.

"Ils ont envoyé un gros missile sur l'école"

A Balakliya, l'armée ukrainienne a fait visiter à notre équipe un bâtiment où des prisonniers auraient été torturés, et a montré des corps sans vie, preuve selon eux que les Russes ont exécuté des habitants. Nos journalistes sur place n'ont toutefois pas pu vérifier la véracité de ces affirmations.

Dans la ville voisine, une école dont le toit est éventré a été attaquée par les Russes, selon les témoignages d'habitants.

"Quand les occupants sont entrés dans le village, ils se sont installés dans l'école et notre armée a essayé de les déloger", raconte sur notre antenne Irina, habitante de Verbivka. "Quand [les Russes] sont partis alors ils ont envoyé un gros missile sur l'école". Pour elle ils ont fait cela "par dépit, ils ne voulaient pas que l'on garde une école si jolie".

Les habitants interrogés par BFMTV ont exprimé leur joie d'être libérés de l'occupation, de n'être plus prisonniers de leur propre ville.

L'armée russe a annoncé mardi des "frappes massives" sur tous les fronts en réaction à la contre-offensive fulgurante des troupes ukrainiennes et le Kremlin accuse Kiev d'exactions dans les zones reconquises. Les autorités ukrainiennes imputent elles "jusqu'à 200 crimes de guerre par jour" aux soldats russes.

Article original publié sur BFMTV.com