Guerre en Ukraine: à Odessa, le flot de déplacés ne tarit pas

Avec la poursuite de l'offensive russe dans l'est et le sud de l'Ukraine, à Odessa, le flot de déplacés ne tarit pas. Reportage dans une école du centre-ville transformée en centre d'aide.

Avec nos envoyés spéciaux à Odessa, Anastasia Becchio et Boris Vichith

Les couloirs et les salles de classe sont encombrés de vivres, de médicaments, de produits d'hygiène et d'entretien, de poussettes, de couches, de vaisselle.

Derrière leur ordinateur, des volontaires évaluent les besoins des familles restées sans toit. Casquette turquoise sur la tête, Marina Semeniuk est l'une des coordinatrices du centre.

L'aide continue de nous arriver. Nous espérions que le flot des déplacés allait se tarir, mais il y a de plus en plus de personnes qui arrivent, de Mykolaiv, les gens continuent de venir de la ville occupée de Kherson. Il y a aussi ceux qui ont fui Marioupol. Il y a beaucoup de monde.

À l'extérieur, plusieurs dizaines de personnes attendent leur tour pour recevoir de l’aide. Sous une tente, des mères de famille choisissent des vêtements et des livres de classe pour leurs enfants.

Le centre accueille jusqu'à 500 personnes par jour. Une trentaine de volontaires s'y relaient, comme Dmitro Rudakov, 33 ans, arrivé lui-même de Kramatorsk, dans le Donbass où il espère pouvoir rentrer.

La ville est à deux doigts d'être occupée. Mais j'espère toujours que nos forces armées réussiront à les repousser. On croit en notre défense ; nos hommes ont un moral très fort, ils sont inébranlables.

L'armée russe continue de concentrer ses forces sur cette partie du Donbass. Kramatorsk est plus que jamais dans son viseur.

►Lire aussi : Donbass-Crimée, le corridor stratégique de la Russie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles