La guerre en Syrie a détruit les monuments, mais jamais elle ne détruira ce qui fait l'identité syrienne

La guerre en Syrie a détruit les monuments, mais jamais elle ne détruira ce qui fait l'identité syrienne.
La guerre en Syrie a détruit les monuments, mais jamais elle ne détruira ce qui fait l'identité syrienne.

Alors que les destructions du patrimoine bâti en Syrie sont à la une dans plusieurs médias, peu ou rien n'est dit par rapport au patrimoine vivant, symbole de résilience culturelle, que la diaspora syrienne refuse de laisser derrière elle.

La guerre en Syrie, commencée en 2011, a entraîné un des exodes les plus importants au monde. À l'heure actuelle, d'après les chiffres officiels de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 13 millions de Syriens ont besoin d'assistance, et plus de 5 millions ont été obligés de quitter leur pays à cause du conflit. Cela montre qu'en plus des destructions, effectuées par Daech, de sites patrimoniaux protégés, le patrimoine vivant syrien qui reflète la richesse multi-ethnique et multiconfessionnelle de sa société, est désormais également en péril. À la différence des destructions du patrimoine bâti, les conséquences sur le patrimoine culturel immatériel n'ont pas été médiatisées avec la même ampleur. Mais quel est ce nouveau type de patrimoine dont on nous parle? L'UNESCO définit le patrimoine culturel immatériel comme "les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire (...) que les communautés, les groupes et les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel." Cette définition a été forgée lors de l'adoption de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et vise à mettre en valeur les expressions et les pratiques culturelles.

Pour l'UNESCO, les pratiques et expressions culturelles transmises de génération en génération, représentent l'axe fondateur de la cohésion sociale, et du dialogue entre les communautés. La dispersion de la population syrienne et, ce qui est plus grave, sa disparition, provoqueraient par conséquent un vide culturel et identitaire. Un autre drame se profile.

Une réponse tardive?

C'est en novembre 2015 que l'UNESCO lance une stratégie de renforcement de son action pour la protection de la culture en cas de conflit...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles