« La guerre des prix se fait sur le dos des agriculteurs » : plus de deux ans après, la loi Egalim peine encore à convaincre

·2 min de lecture
Realite agricole francaise
Realite agricole francaise

Pas de Salon de l’agriculture. La plus grande ferme de France qui devait se tenir du 27 au 7 mars sera complètement absente, pour cause de crise sanitaire. Loin d’être confinées, les difficultés financières des exploitants agricoles, elles, subsistent. Plus de deux ans après son entrée en vigueur, la loi Egalim, née des Etats généraux de l’alimentation, peine toujours à convaincre. Les agriculteurs – et l’exécutif l’admet aussi – jugent que le compte n’y est pas. L’ambition du texte était de rééquilibrer les relations commerciales entre les agriculteurs, les fournisseurs et les distributeurs, afin d’améliorer les revenus des premiers, en inversant la chaîne de la construction du prix. Ces différents acteurs se retrouvent ce 23 février autour d’une même table en Bourgogne, dans le cadre de la visite d’Emmanuel Macron et de son ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

Ce matin, sur Public Sénat, la présidente de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), le syndicat majoritaire dans la profession, a une fois plus répété que la loi Egalim n’avait « pas tenu ses promesses ». Pour Christiane Lambert, les grands distributeurs « ont margé copieusement ». Beaucoup d’acteurs jugent que la promesse d’une juste répartition de la valeur entre tous les maillons de la chaîne risque cette année encore de rester lettre morte. Les industries alimentaires, les coopératives agricoles et les fabricants de produits redoutaient fin 2020 une poursuite de la baisse des prix.

Des coopératives et industriels constatent la poursuite de la « spirale déflationniste »

La situation s’est améliorée dans de rares secteurs au cours des premières années d’application de la loi. Cependant, l’emblématique filière laitière ressemble à un arbre qui cache la forêt, et sa position peut s’expliquer par la remontée des cours en 2019. Pour les autres acteurs placés au milieu de la chaîne, la (...) Lire la suite sur Public Sénat

Daft Punk : au Sénat aussi on regrette leur séparation

Confinement local : le débat avait commencé dès janvier au Sénat

Olivier Véran ouvre le débat de l’obligation vaccinale pour les personnels des Ehpad

Loi climat : « Tous les lobbies ont fait le siège pour poser des contraintes à ce texte », dénonce Ronan Dantec

Confinement à Dunkerque ? Pour les sénateurs du Nord, « c’est déjà trop tard »