«Guerre de l'eau»: Suez-Veolia, un accord enfin trouvé entre les deux géants français

·1 min de lecture

Les Conseils d'administrations des deux entreprises françaises ont annoncé ce lundi 12 avril, être parvenus à un compromis en vue d’un rapprochement.

L'accord trouvé entre Suez et Veolia mettra fin à plusieurs mois de bataille financière, médiatique et judiciaire entre les deux géants de l’eau et des déchets.

20,50 euros par action

Selon les termes de l’accord, Veolia a accepté finalement de relever son offre et de payer 20,50 euros par action à Suez. Ce rapprochement doit permettre la naissance d'un champion mondial de la transformation écologique autour de Veolia au chiffre d'affaires d'environ 37 milliards d'euros.

L’accord prévoit également la constitution d’un nouveau Suez détenu par des actionnaires majoritairement français appartenant aux deux entreprises, et par des salariés. L’entreprise gardera ses activités actuelles dans l’eau et les déchets solides en France et dans certaines zones géographiques du monde. Côté syndicats, la CGT de Suez a exprimé son désaccord vis-à-vis de ce rapprochement et dit se sentir trahie par le Conseil d'administration de l’entreprise.

Tournure politique

Les deux fleurons français s'affrontaient depuis l'année dernière soit depuis que Veolia a annoncé son intention de racheter Suez. L’affaire a pris même une tournure politique qui a obligé le gouvernement à intervenir à plusieurs reprises auprès des deux rivaux afin d’aider à trouver un accord.

L'accord définitif doit être signé d’ici le 14 mai 2021. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, salue un « accord à l'amiable » qui « préserve l'emploi ».

À lire aussi : Veolia veut avaler Suez: une bataille franco-française pour le marché mondial