Guerre des gangs en Suède : une violence inouïe et des victimes toujours plus jeunes

La violence liée aux gangs à Stockholm et dans d’autres villes suédoises est devenue incontrôlable, au point que, d’après un responsable du renseignement de la police de Suède, la situation n’a jamais été aussi dangereuse depuis 1945.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Rien que ces dernières semaines, sept personnes au moins ont été tuées dans des violences que la police suédoise attribue à des gangs. Et cette violence inouïe est d’autant plus choquante que certaines des victimes sont très jeunes.

Le 11 septembre, un garçon de 13 ans a été retrouvé abattu à Handen, au sud de la capitale. Il aurait été liquidé dans le cadre d’un règlement de comptes. Parmi les autres victimes figurent deux jeunes hommes de 17 et 19 ans, abattus à différents endroits de Stockholm.

La fréquence des violences est telle qu’il ne se passe plus un jour sans un meurtre ou une tentative de meurtre, ou une explosion à proximité d’appartements ou de magasins dont les locataires ou les propriétaires ont un lien direct ou indirect avec des membres de gangs présumés.

D’après des sources policières citées par plusieurs médias suédois, l’escalade du conflit serait liée à un affrontement interne au sein de l’un des gangs les plus importants et les plus violents de Suède actuellement, baptisé Foxtrot.

“Renard kurde”

Ce réseau, qui tire notamment ses revenus du trafic de stupéfiants, est dirigé par le Turco-Suédois Rawa Majid, également connu sous le surnom du “Renard kurde”. Ces derniers temps, il vit en Turquie.

Rawa Majid serait maintenant en conflit avec un ancien ami et complice qui a créé son propre gang. Ce schisme a entraîné un affrontement impitoyable, notamment pour le contrôle du marché du trafic de stupéfiants, dans lequel les belligérants s’en prennent maintenant aussi aux membres de la famille de l’un et de l’autre.

Ainsi, l’une des victimes de ces dernières semaines est une femme d’une soixantaine d’années abattue le 7 septembre dans un quartier résidentiel de la ville d’Uppsala [70 kilomètres au nord de Stockholm]. Il s’agissait de la mère de l’homme qui s’est rebellé contre Rawa Majid.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :