Guerre entre le Hamas et Israël : les frappes se poursuivent à Gaza

Dans les rues de Rafah, près de la frontière égyptienne, des dizaines de Palestiniens se dépêchent de récolter autant d'eau que possible sous une pluie diluvienne... une denrée de plus en plus rare dans la bande de Gaza, malgré les convois humanitaires. Selon les Nations Unies, la situation dans l'enclave ne cesse de se détériorer.

"Quand je me suis réveillé et que j'ai vu qu'il pleuvait, je me suis dit que Dieu aide les personnes déplacées et hébergées dans les écoles ou qui sont simplement dans la rue. Ce sont des humains et ils ont besoin d'un abri. Qu'est-il arrivé à l'ONU ?" s'exclame Mahmoud Bakir, habitant de Rafah.

Mahmud Qashta, qui est venu se réfugié dans le Sud de l'enclave, ajoute : "ma vie a basculé. Notre routine quotidienne, où nous mangions, buvions et dormions normalement, a complètement changé. Nous dormons désormais au milieu des bruits des explosions et des raids. Le matin, nous nous réveillons pour constater que nos proches sont morts."

Des centaines de milliers d'habitants du nord de Gaza ont été évacués vers le Sud de l'enclave depuis le début de l'offensive terrestres et aérienne de l'armée israélienne selon l'agence de presse palestinienne Wafa.

Selon le Hamas, près de 11 180 Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre, parmi eux, plus de 4 600 sont des enfants et 3 100 femmes.

L'OMS a déclaré que le principal hôpital de Gaza, Al-Shifa, dans la ville de Gaza, ne fonctionne plus depuis lundi. Des milliers de patients et de médecins restent pourtnat dans les locaux.