Guerre de la drogue à Marseille: trois mises en examen après la découverte de cadavres calcinés

F.R.
·2 min de lecture

Les corps de trois victimes tuées par balle avaient été retrouvés calcinés dans deux voitures.

Trois hommes suspectés d'avoir participé à l'assassinat de trois personnes dont les corps calcinés avaient été découverts dans des voitures incendiées, sur fond de guerre entre narcotrafiquants, ont été mis en examen à Marseille, a annoncé ce jeudi le parquet. 

Les deux premiers ont été mis en examen pour "assassinats en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de la commission d'un crime et destruction par incendie en bande organisée". Ils ont été écroués lundi. Le troisième, mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue de la commission d'un crime", a été placé en détention mardi.

Trois autres personnes, également soupçonnées d'avoir participé à des degrés divers à ces assassinats étaient jeudi en cours de déferrement devant le juge d'instruction chargé du dossier, a-t-on précisé de même source.

Le 29 décembre 2020, les corps calcinés de deux hommes avaient été découverts à l'intérieur d'un véhicule incendié dans un passage de service sous l'autoroute A55 sur la commune des Pennes-Mirabeau, qui jouxte Marseille. Le 6 janvier, un autre corps, en grande partie calciné, était retrouvé dans le coffre d'un véhicule, également incendié, dans le quartier de l'Estaque (16e arrondissement), dans le nord de Marseille.

"Barbecue marseillais"

Ce mode de règlement de comptes, qualifié par des policiers de "barbecue marseillais", est à la fois destiné à marquer les esprits et à effacer les traces des criminels. Mais les résultats des prélèvements de la police scientifique et l'identification des trois victimes tuées par balles, dont l'une avait déjà fait l'objet de deux précédentes tentatives de règlement de comptes, ont permis aux enquêteurs de relier les trois meurtres.

Les policiers de la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille chargés de l'enquête ont également découvert que les victimes avaient été, la nuit des faits, au contact des occupants d'un autre véhicule, également retrouvé incendié le 29 décembre dans le quartier de l'Estaque. Les investigations ont rapidement orienté les recherches vers le milieu du narco-banditisme marseillais où sévissent des guerres de territoire, a indiqué le parquet.

Après trois mois d'enquête, une vaste opération de police a été conduite à Marseille, entre le 8 et le 12 avril, par des hommes de la brigade criminelle et de la brigade de recherche et d'intervention de la PJ de Marseille. Dix personnes, auteurs ou complices, soupçonnées d'avoir participé à des degrés divers aux trois assassinats, ont été interpellés dans ce dossier.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :