Guerre d'Algérie : Macron "demande pardon" aux Harkis et annonce une loi de "réparation"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron a "demandé pardon" lundi aux Harkis au nom de la France et annoncé un projet de loi de "reconnaissance et de réparation" à l'égard des anciens combattants aux côtés de l'armée française durant la Guerre d'Algérie.

Une forte émotion était palpable dans la salle des fêtes de l'Elysée, où le chef de l'Etat avait invité quelque 300 personnes : des Harkis, qui sont désormais très âgés, 60 ans après la fin du conflit, mais aussi leurs descendants, des responsables d'associations et des personnalités.

Le discours d'Emmanuel Macron a ainsi été interrompu pendant quelques minutes lorsqu'une femme, très émue, l'a interpellé en affirmant que les excuses ne suffisaient pas. Le Président a été aussi applaudi à plusieurs reprises, notamment lorsqu'il a déclaré: "Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance; nous n'oublierons pas. Je demande pardon, nous n'oublierons pas". Ces excuses sont un nouveau pas pour un chef d'Etat, après celui de François Hollande, qui avait reconnu en 2016 "les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des Harkis".

"La France a manqué à ses devoir vis-à-vis des Harkis"

Il a ensuite promis la présentation "avant la fin de l'année d'un projet  visant à inscrire dans le marbre de nos lois la reconnaissance et la réparation à l'égard des Harkis". "Après la fin de la guerre d'Algérie, la France a manqué à ses devoirs vis-à-vis des Harkis", a encore affirmé le chef de l'Etat en précisant que ce n'était pas son "rôle" de juger "...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles