Guerre culturelle. Le gouvernement de Bolsonaro accusé d’avoir censuré des sujets du bac brésilien

·1 min de lecture

Des fonctionnaires démissionnaires accusent le ministère de l’Éducation d’avoir supprimé de l’Enem, l’équivalent brésilien du bac, qui commence ce 21 novembre, certaines questions portant surtout sur l’histoire récente du pays.

L’équivalent brésilien du baccalauréat n’a pas encore commencé que, déjà, il fait polémique. Non en raison d’une quelconque fuite des sujets de l’Examen national de l’enseignement secondaire (Enem), dont la première phase commence ce dimanche 21 novembre, mais parce qu’une partie de leur contenu aurait été censurée par le gouvernement de Jair Bolsonaro.

Le scandale a éclaté après la démission, la semaine dernière, d’une trentaine de fonctionnaires de l’institut public chargé d’organiser l’examen et relié au ministère de l’Éducation. Ceux-ci avaient alors fait état de cas de harcèlement moral et d’une “fragilité technique et administrative” au sein de la direction.

À lire aussi: Brésil. Le gouvernement Bolsonaro en guerre ouverte avec les universités

Interviewés quelques jours plus tard de manière anonyme dans un reportage de l’émission Fantastico de TV Globo, certains sont allés plus loin dans leurs accusations, affirmant qu’un de leurs supérieurs aurait exigé “l’exclusion de plus de 24 questions” de la première version de l’Enem, qui en compte 180 au total, dans plusieurs disciplines. “Ces questions traitaient surtout de l’histoire récente du pays, des cinquante dernières années”, indique un des témoins, sans en révéler le contenu. Pourtant, “du point de vue de l’équipe technique, il n’y avait aucune correction [d’ordre] pédagogique à faire”. Selon ce fonctionnaire, le ministère de l’Éducation aurait en fait préféré retirer des sujets susceptibles “de ne pas plaire au président” brésilien Jair Bolsonaro. Deux nouvelles versions ont ensuite été rédigées.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles